José Mourinho répond à Casillas

Dans un entretien accordé à Jorge Valdano, diffusé mercredi, Iker Casillas est revenu sur la période de tension durant la dernière année de José Mourinho. Le Portugais lui a répondu.

« Je pense que si ça avait été à refaire, j’aurais pris le taureau par les cornes et j’aurais fait face à Mourinho. À cette époque j’ai choisi de me taire car j’ai pensé que c’était le meilleur moyen d’honorer les valeurs du Real Madrid », a expliqué Iker Casillas, alors interrogé sur la période de conflit avec José Mourinho.

Une déclaration à laquelle l’entraîneur portugais n’a pas tardé à donner réponse : « Cette interview est typique d’un joueur en fin de carrière. Je respecte ce qu’il a dit sur ma personne, mais quand il dit qu’il ne m’a pas fait face, ce n’est pas vrai. Il m’a fait face dans un domaine où personne n’est meilleur que lui : caché », a rétorqué Mourinho au journal Record.

L’actuel entraîneur de Manchester United fait assurément toujours allusion aux accusations qu’il portait à Casillas concernant les fuites dans les journaux madrilènes. Nous nous étions penchés sur le sujet en 2015 et en réalité, c’est bien plus complexe que ce que José Mourinho souhaite nous faire entendre. En effet, c’est tout un écosystème dont il faut connaître les règles : tous les joueurs se lient d’amitié avec des journalistes et tous les joueurs (par voie directe ou par intermédiaire) laissent filtrer quelques informations à la presse. C’est un échange de bons procédés naturel auquel les entraîneurs, et notamment José Mourinho, n’échappent pas. D’ailleurs, les journalistes espagnols sont assez unanimes sur le débat : la vrai taupe à Madrid, c’était Mourinho lui-même.

Dans le livre ‘le Cas Mourinho’ (de Thibaud LeplatHugo Sport, 2013), le rédacteur en chef de Marca, Oscar Campillo raconte : « Tu veux savoir qui est la taupe au Real Madrid ? C’est Mourinho lui-même. C’est lui qui nous donne beaucoup d’informations sur les joueurs. Il se sert de Marca pour envoyer des messages à ses joueurs ».

Diego Torres Romano, journaliste réputé d’El País confirme cette thèse : « Chaque média espagnol a un interlocuteur proche de Mourinho. En réalité, tout ne sort pas, parce que la presse espagnole craint souvent de déplaire au Real Madrid. Le journalisme sportif est un journalisme de passion, pas de réflexion. Comme Mourinho n’arrive pas à contrôler 100% de la presse, il invente un complot sur la base des 5 % qu’il n’arrive pas à contrôler. Tout le monde est une taupe, mais personne ne se risque à le reconnaître. »

Lire notre article complet sur « les dessous des relations avec la presse »

Articles liés