La folle anecdote de Lorenzo Sanz sur la Septima

Ancien président du Real Madrid (1995-2000), Lorenzo Sanz était l’invité du programme Ídolos dans lequel il est revenu sur ses années de présidence. 

L’ex-président du Real Madrid, battu par Florentino Perez lors des élections 2000 (jugé plus à même de redresser la situation financière du club), a raconté une anecdote pour le moins assez folle dans le programme espagnol. Vainqueur de la Septima et de la Octava (7e et 8e LDC), Lorenzo Sanz a confessé les coulisses de la Septima qui, selon lui, est la victoire la plus importante de l’Histoire du club : « Ce fut une victoire impressionnante. Sportivement, ce fut la finale la plus importante que le Real Madrid ait gagné dans toute son histoire. Cela faisait 32 ans que le club ne l’avait pas gagné. Je ne veux pas dire que les autres n’en ont pas, elles sont toutes importantes. Mais c’était un changement de génération, un changement de mentalité. Tout le monde parlait des Coupes d’Europe en noir et blanc et maintenant nous avions celle en couleur », s’est justifié Lorenzo.

Il a ensuite expliqué le contexte de cette victoire : « L’équipe est arrivée à cette finale avec beaucoup de problèmes. Une semaine avant de jouer la Juventus [la finale], j’ai appelé Jupp Heynckes [entraîneur à l’époque] et je lui ai dit : ‘Comment tu vas Jupp ?’ et il m’a dit ‘effondré, président, je ne peux pas la gagner avec ce groupe, ce sont des fils de p*tes’, je ne peux pas la gagner avec eux’. Et je lui ai dit : ‘Comment ça tu ne peux pas avec ce groupe ? Tu me lâches ? » 

« J’ai réuni les 7 ou 8 joueurs les plus importants du groupe et je leur ai dit : ‘Jupp dit qu’il ne peut pas gagner avec vous et que vous êtes des fils de p*tes.’ Le lendemain, j’ai réuni ces mêmes joueurs avec Jupp et je les ai laissés, je suis parti. Et nous avons été champions d’Europe, mais quelqu’un qui te dit ça ne peut logiquement pas poursuivre la saison d’après. Je le dis maintenant parce que 20 ans se sont passés mais je ne pouvais pas non plus le jour suivant dire que l’entraîneur ne pouvait pas avec ce groupe », a conclu Lorenzo.

Articles liés