Luis Garcia : « Le Real est imparable quand il joue bien et gagne quand même lorsqu’il joue mal »

Photo www.villarrealcf.es

Pour cette 17e journée de Liga, le Real Madrid se déplace sur la pelouse de Villarreal (21h30, BeIN Sport 2). Avant le choc, Luis Garcia, l’entraîneur du sous-marin jaune, s’est exprimé en conférence de presse.

Le Real Madrid, premier défi de 2019 : « Dans la situation dans laquelle nous sommes (ndlr : 18e de Liga), nous ne nous soucions pas de notre rival. Nous affrontons le champion du monde des clubs et je pense que c’est l’un des matchs les plus difficiles de l’année. Nous devons avoir le sentiment que nous pouvons battre n’importe qui. Chaque match est une finale et l’illusion est maximale. »

La motivation des joueurs contre les Merengue : « Je serais très énervé si nous faisons un grand match contre le Real Madrid et que, contre Eibar, nous ne jouons pas de la même manière. Chaque match est une opportunité de gagner. »

Ce qui le préoccupe le plus : « C’est la force du Real Madrid. Mais ce qui m’importe le plus c’est mon équipe. Nous affrontons trois semaines de folie, avec des matchs qui s’enchaînent. Notre calendrier est fou et je ne le comprends pas. Je crois qu’il y a une autre manière de faire les choses. Nous devrions avoir plus de temps de repos entre les matchs. Au lieu de ça, ils nous compliquent le calendrier au maximum. »

L’absence de Mario pour sanction : « Nous allons jouer avec Layún et 10 autres joueurs. Nous allons faire un grand match. C’est un joueur qui peut nous apporter beaucoup de choses. »

Madrid irrégulier :  « C’est une équipe qui, quand elle joue bien, est imparable et quand elle joue mal, gagne quand même. Je vais redire la même chose encore une fois mais ce qui m’importe le plus, c’est mon équipe. Nous devons aller de l’avant. C’est un adversaire difficile, mais on peut gagner. Nous sommes relégables à ce moment de la saison et ce match est une opportunité pour nous relever. »

40 % de victoires pour se sauver :  « Il nous reste trois matchs pour terminer la phase aller. Le premier objectif est de terminer ces trois matchs hors de la zone de relégation. Notre nombre de points est faible sinon nous ne serions pas là. Il reste encore beaucoup de matches, et nous devons faire une bonne deuxième partie de saison. Je ne connais pas le nombre de points qui sera nécessaire pour nous sauver. »

Ce que Villarreal veut contre le Real Madrid : « Nous devons créer un bon moyen de faire les choses. Chaque rival est différent, mais 70 ou 80% du match doit correspondre à la façon dont nous voulons nous comporter. Le niveau de l’adversaire est supérieur. Nous devons augmenter le nôtre contre n’importe quel adversaire. »

Ce que Solari a apporté au Real Madrid : « Je ne sais pas. Le football a des circonstances que nous ne comprenons pas. C’est difficile à évaluer. Ils sont plus en confiance. Contre Huesca et le Rayo, ils n’étaient pas supérieurs mais ils sont sortis vainqueurs de ces deux matchs. Ils sont plus équilibrés et savent clairement où ils doivent attaquer. Ma préoccupation est mon équipe. Je dois me concentrer sur ça. Nous devons être le Villarreal que je veux 80 % du match. »

Des offres pour Chukwueze : « C’est le football. Samuel est bien ici. Il flotte sur le terrain et fait de bonnes choses, mais il doit évoluer dans beaucoup de domaines. Il a beaucoup de choses à améliorer en défense. Contre Huesca, il a fait beaucoup de dégâts. Je lui ai dit que, s’il joue contre le Real, il aura Marcelo devant lui et si on le laisse, il peut nous tuer. »