[MARCA – Partie 2] Asensio : « C’est sur le terrain que je dois parler »

asensio
Photo Marca

Marco Asensio a accordé un long entretien au quotidien MARCA. Après être revenu sur ses propos de la semaine dernière, l’Espagnol revient sur son début de saison, les critiques et ses objectifs.

C’est très difficile d’avoir de la continuité au Real, non ? 
Il y a toujours de grands joueurs au Real Madrid et toujours une forte concurrence. Il faut toujours jouer à un très bon niveau et tu ne peux pas t’égarer. C’est très positif pour l’équipe.

Quel type de joueur veux-tu être ? Où préfères-tu jouer ? 
C’est sur le côté droit ou dans l’axe que je peux être le plus déterminant. Au final, j’ai aussi eu un bon rendement à gauche mais ce que demandent les gens, c’est d’être plus déterminant en quantité de buts, ce qui est le plus important. En partant davantage du côté droit ou du centre, j’aurai plus d’opportunités de l’être.

Tu n’as marqué que 2 buts cette saison. Cette position a eu une influence sur cela ? Avec Lopetegui, tu as beaucoup joué sur le côté gauche…
C’est possible. La dynamique de l’équipe aussi influe, mais si nous retrouvons notre jeu et que nous continuons dans cette dynamique, les chiffres seront meilleurs, c’est certain.

Tu as été surpris par la pénurie de buts ou vous vous attendiez à cela avec le départ de Cristiano ?
Dans de nombreux matchs, nous avons eu beaucoup d’occasions. Pour une raison ou une autre, le but n’est pas arrivé, c’était une dynamique. Maintenant, c’est le contraire.

-20% sur la boutique officielle du Real Madrid

Comment vous avez vécu cette situation dans le vestiaire ? 
Nous n’étions pas tranquilles. Nous nous créions beaucoup d’occasions mais cela n’entrait pas. Nous étions un peu plus calmes du fait que nous ne jouions pas mal et que nous générions beaucoup d’occasions dans chaque match. Nous savions que ça allait tourner.

L’année dernière, on parlait de toi comme un futur candidat au Ballon d’Or.
On disait cela à la fin de la saison et aussi au début de celle-ci [rires]. Il n’y a eu qu’un mauvais mois parce qu’au début tout allait bien au Real et avec la sélection. Le Real Madrid est toujours dans l’excès. Soit ça va très bien, soit très mal, il n’y a pas de zone intermédiaire. Je peux contrôler mon travail et ce que je pense moi… Mais ce que les gens disent, je ne peux pas le contrôler. Le mieux à faire est de me focaliser sur moi, donner le meilleur de moi-même pour l’équipe et essayer de prouver sur le terrain. C’est sur le terrain que je dois parler.

Tu t’es réfugié auprès de qui dans ces moments critiques ? 
Les miens, tout d’abord. Je ne suis pas une pierre non plus. Oui, il y a des choses qui t’affectent et oui, je suis très exigeant envers moi-même. Mais j’ai toujours été avec mes proches… J’essaye de ne pas parler football pour m’isoler un peu. La famille me donne des conseils en sachant qu’ils vont m’aider, surtout dans ces moments-là.

Où est ta limite ? 
Je veux aller le plus haut possible. Je ne me suis jamais considéré comme un autre. Je verrai ma limite avec le travail de tous les jours.

Quand on dit que le leader du nouveau Madrid sera Marco Asensio. 
Pourquoi pas, bien sûr. Clairement, je veux triompher au Real, je veux être important ici. Je suis madridista depuis petit, j’ai toujours voulu jouer au Real Madrid et maintenant que j’ai cette opportunité, je veux la saisir.

Articles liés