Quand Marca remet Unai Emery à sa place

Dans un édito paru ce jeudi, de la plume de Juanma Rodriguez, le quotidien pro-madrilène Marca a répondu avec virulence aux propos tenus par l’entraîneur du PSG la veille sur son compte Instagram.

« L’OM et le Real Madrid savent qu’ils doivent venir à Paris, mais ils ne savent pas ce qu’ils auront vraiment face à eux », affirmait Unai Emery ce mercredi dans un message adressé à ses supporters. Une « enflammade » qui a fait rire et hérisser le poil dans les rédactions espagnoles.

En effet, l’éditorialiste Juanma Rodriguez a tenu à répondre à l’entraîneur du Paris Saint-Germain. Sur une pointe d’ironie, il commence par évoquer une similitude avec le discours du Bayern Munich et de son président, Rummenigge, en 2014 :

« Le message d’Unai Emery me rappelle beaucoup celui de Rummenigge, il y a quatre ans après la demi-finale aller perdue seulement 1-0 à Santiago Bernabeu avant que le Real ne s’impose 4-0 en Bavière : « Le 1-0 n’est pas le résultat que nous espérions, mais nous pouvons le corriger au retour. À l’Allianz Arena il y aura 70 000 supporters derrière notre équipe, et mardi prochain, même les arbres brûleront à Munich ». Et le mardi suivant, il y a eu 0-4 pour Madrid. »  

Après ce petit rappel à l’ordre, Juanma Rodriguez s’est directement adressé à l’entraîneur du PSG. On peut aussi appeler cela un tacle à la gorge…

« Je ne sais pas ce qu’il se passera le 6 mars, il est possible que le PSG élimine le Real Madrid comme il est possible qu’ils conservent leur avantage et passent en quarts. Mais, mon cher Emery, on ne gagne pas 12 Ligue des Champions (écoute bien Unai, un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze et douze) sans savoir qui sont tes adversaires. Le meilleur club sportif du XXe siècle sait que dans deux semaines il jouera contre une grande équipe. Mais, au match aller, il m’a semblé que c’est toi qui n’a pas compris contre qui tu jouais. Et pourtant avec Almeria, Valence, Séville et maintenant le PSG, tu as déjà perdu quinze fois… Alors… ne crie pas au loup, petit chaperon rouge ! »

Articles liés