Mourinho : « J’aurais aimé arriver au Real au moment où je l’ai quitté »

mourinho
MOURINHO – AFP PHOTO / ANDREJ ISAKOVIC

La revue Sport&Style a publié une interview donnée par José Mourinho. Un brin arrogant comme à son habitude, le Special One y évoque son travail effectué au Real Madrid.

Les difficultés d’être entraîneur : « Mon travail n’est pas facile. Je travaille comme un fou ! Je pense que pour réussir de nos jours à un poste comme le mien, vous devez d’abord tout contrôler et ensuite intervenir à de multiples niveaux d’expertise. Si un jeune gars veut devenir entraîneur et imagine qu’il ne va bosser que deux heures par jour sur un beau terrain gazonné, il se met carrément le doigt dans l’œil. S’il pense qu’il va rendre ses joueurs meilleurs en choisissant une batterie d’exercices techniques dans un manuel, il a faux sur toute la ligne. Il faut travailler en gardant toujours un objectif fort en tête. La priorité est toujours la même : développer le club dans lequel on travaille… à moins d’être suffisamment chanceux et d’entraîner une équipe qui est déjà bâtie pour la victoire. Ça, c’est le plan parfait. Donc le plan qui n’existe pas. Honnêtement, j’adorerais reprendre une équipe qui aurait été entraînée par moi-même les cinq années précédentes. »

Moment idéal pour venir : « Par exemple, j’aurais aimé arriver au Real Madrid au moment où je l’ai quitté. J’aimerais débarquer à Manchester United au moment précis où j’aurais décidé d’en partir. Pourquoi ? Pour reprendre une équipe qui aurait été entraînée par Mourinho… le rêve ! »

Son travail au Real : « Au moment où je l’ai quitté, le Real Madrid était prêt à exploser. C’est à partir de là que le club a vraiment commencé à gagner, notamment contre Barcelone, qu’il a commencé à s’inviter régulièrement en demi-finale de la Champion’s League. Dans le même esprit, si j’ai accepté de venir à Manchester United, c’est parce que le challenge me semblait intéressant. J’y vais pour construire quelque chose, intervenir à tous les niveaux de décision, moderniser les structures et les adapter aux principes forts qui dessinent les contours de ma méthodologie. Je suis un bâtisseur, un maçon du foot. »

Le don de Mourinho : « Je pense que le travail d’entraîneur est un talent inné. Les gens pensent que les bons footballeurs sont dotés d’un talent naturel, mais la plupart croient que les bons entraîneurs sont de très bons travailleurs. Les entraîneurs peuvent apprendre à être des bons professionnels, mais pas à être les meilleurs du monde. Les meilleurs naissent comme ça. »

Né pour entraîner : « Oui, je pense. Je pense aussi qu’il y a des dizaines de façons de développer le talent. Certains, comme les anciens joueurs, ont réussi à apporter leur expérience du terrain sur le banc. Et d’autres, comme moi, qui n’étions pas de très bons joueurs. Nous avions du étudier la Science du sport à l’université, déchiffrer progressivement la philosophie du jeu, mais, au final, nous n’étions pas égaux. Je pense que j’avais un peu d’avance innée. Leur première question était sur ma méthodologie. J’en ai une ? Evidemment que j’applique une méthode de gestion spécifique quand j’entraîne. En plus, elle est copiée par beaucoup d’entraîneurs. »

Articles liés