Navas : « J’ai travaillé avec l’âme »

14667174700663

En ce mois de juin, Keylor Navas est pratiquement le seul habitant de la cité sportive de Valdebebas. Le Costaricien est privé de vacances afin de récupérer d’une intervention chirurgicale subie il y a 15 jours. Pour Marca, Keylor Navas a livré une interview dans laquelle transpire la sympathie, l’éducation, l’humilité et un désir irrésistible de continuer à triompher au Real Madrid.

Comment s’est passé l’opération ?
« Et bien, grâce à Dieu tout va bien et je récupère bien, c’est le principal. »

Combien d’heures travaillez-vous par jour ?
« Environ trois heures à Valdebebas. Et puis dans l’après-midi je travaille encore, je fais d’autres exercices avec des machines qu’on m’a laissé emmener chez moi. »

Quand aurez-vous totalement récupéré ?
« Ça, seul le médecin le sait (rires). L’objectif est de faire la pré-saison avec les coéquipiers, mais il faut attendre que le temps passe et récupérer à cent pour cent. Ce qui est clair c’est que je ne reviendrai que quand je serai totalement rétabli. »

Est-ce que ça a été la meilleure saison de votre vie ?
« J’ai eu de très bonnes saisons, mais il est vrai qu’être au Real Madrid vous donne la possibilité de gagner des trophées, et ça rend la saison encore plus spéciale. Ça n’a pas été une année facile pour moi, parce que les yeux étaient rivés sur moi, mais j’ai toujours fait confiance à Dieu, à mon travail, à mes capacités. »

Dites-moi la vérité. Combien de fois cette saison avez-vous pensé à ce qui est arrivé le 31 août ?
« J’y ai pensé au début, parce que quand une telle chose arrive, ce n’est pas bon. Mais je ne suis pas le genre de personne qui regardent souvent derrière et je n’ai de rancune envers personne. J’ai vu tout ça comme une occasion que Dieu m’a donné afin de réaliser mon rêve, qui était de jouer un an au Real Madrid et pouvoir gagner des titres. La nuit du 31 août a été une pilule difficile à avaler, mais c’est déjà loin de mon cœur. »

En plus de la Champions, vous a gagné l’affection du Bernabéu et de vos coéquipiers…
« Ce qui m’est arrivé cette année est incroyable. Pour moi, entrer dans le stade, jouer, les gens qui scandent mon nom… Et sentir l’appui des collègues, du staff technique… Toutes ces bonnes choses ont été un récompense pour les efforts que j’ai fait, parce que je sais que personne ne m’a jamais offert quoi que ce soit pour être ici, je me suis battu tous les jours, j’ai travaillé avec l’âme. Et à la fin Dieu m’a donné la possibilité de profiter de toutes ces choses. »

Keylor Navas vainqueur de la Ligue des Champions. Que ressentez-vous ?
« Incroyable, je l’ai vécu avec une intensité énorme. La Décima, je l’avais regardé à la télévision et quand je suis arrivé au Real Madrid et que j’ai vu des photos, je me disais : ‘Je veux vivre ces moments là !’ C’était un rêve que j’avais et Dieu merci, il s’est réalisé. »

402

Est-ce que la séance de tirs au but à Milan était le plus grand moment de pression de votre carrière ?
« Il y avait beaucoup de tension, mais je faisais confiance à mes coéquipiers. J’ai essayé de donner le meilleur de moi-même et je priais pour que mes coéquipiers mettent les leurs. Je savais que j’en arrêterai un ou que le tir partirai à côté, c’est ce qui s’est passé. »

Le pénalty de Juanfran… S’il n’y a pas poteau, vous l’arrêtez, non ?
« Je pense que oui, mais ça on ne le saura jamais. »

Etiez-vous prêt à tirer ?
« Pour dire la vérité, je ne sais pas où j’aurais tiré. Je pense que j’aurais choisi un côté avant et que je l’aurais frappé toute en sécurité. »

Pourquoi avez-vous décidé d’être gardien et pas attaquant ?
« Pour une image qui a marqué ma vie. Je suis allé avec mon père à un match où il jouait et avant il y avait un match d’enfants. Et j’ai vu un gardien de but s’élancer et dégager un ballon. À partir de là, tout était clair. Cette image, je m’en souviens comme si c’était hier, et pourtant je n’avais que cinq ans. »

Et vous jouez désormais pour le Real Madrid et vous êtes le héros de tout un pays.
« Je veux porter le nom de mon pays le plus haut possible. Être Costaricien est une fierté. »

Enfin, quels défis vous êtes-vous fixés pour la saison prochaine ?
« De continuer comme ça, bien jouer, essayer de faire une meilleure saison encore et gagner des titres. Je veux gagner de nombreux titres avec le Real Madrid. »

Articles liés