Santiago Bernabeu, l’homme qui a donné toute sa vie au Real Madrid

bernabeu
Crédit photo : marca.com

Le nom de Santiago Bernabeu est indissociable de celui du Real Madrid. L’ancien président a posé les fondations du club et en a fait l’un des plus grands d’Europe. Joueur emblématique puis dirigeant visionnaire, il a dédié toute sa vie à l’institution.

Malgré une petite baisse de régime avec le départ de Zinédine Zidane, le Real est une valeur sûre en Europe. Il reste encore l’un des clubs favoris des parieurs. Si vous avez envie de gagner un peu d’argent facilement, inscrivez-vous sur ParionsSport et misez sur le Real Madrid : le site de la FDJ vous offre 100€ en guise de bienvenue si vous ouvrez un compte (plus d’info ici).

Alors qu’un film est en cours de réalisation sur la légende de l’ancien président du club, faisons un point sur sa vie et sur la manière avec laquelle il a construit le Real Madrid. Comment s’y est-il pris pour faire d’un club exsangue à la fin de la guerre civile des années 30 l’une des principales puissances financières du football européen ?

Une carrière de joueur longue de 17 ans au Madrid FC

Né à Almansa, petite ville de la province d’Albacete en 1895, Santiago Bernabeu arrive à Madrid à l’âge de 14 ans. Il prend sa licence au Madrid Football Club, qui deviendra plus tard le Real Madrid. Le Club évolue au stade O’Donnell.

Bernabeu intègre l’équipe première à 17 ans et y restera jusqu’à sa retraite sportive en 1927. Il y joue au poste d’attaquant et forme un duo d’attaque redoutable avec le franco-espagnol René Petit. Le jeune Bernabeu inscrit 68 buts en 79 matchs.

Entre 1911 et 1927, il a remporté une Coupe d’Espagne (1917), 9 fois le championnat du Centre et une fois la coupe de la Fédération du Centre.  Un palmarès bien pauvre en comparaison de ce qu’il va remporter en tant que président.

Reconversion en tant que dirigeant et guerre civile espagnole

Bernabeu met un terme à sa carrière sportive en 1927, quand il obtient sa licence de droit. Il restera toutefois dans le monde du foot et ne fera aucun usage officiel de son diplôme. Jusqu’en 1929, il occupe plusieurs fonctions au sein de l’organigramme du club : délégué, entraîneur adjoint, directeur de cabinet du président Luis Urquijo y Landecho. De 1929 à 1935, il est le secrétaire du conseil d’administration. Durant cette période, le football espagnol se professionnalise. On assiste par exemple à la création de la Liga en 1929.

L’année suivante, la guerre civile espagnole éclate. Bernabeu se réfugie à l’ambassade de France puis rejoint les troupes franquistes et participe activement à l’invasion de la Catalogne. Une fois la guerre finie, il devient fonctionnaire au ministère des Finances. En 1943, il prend la présidence du club en 1943, pour ne la lâcher qu’à sa mort en 1978.

bernabeu
Crédit photo : abc.es

Construction du stade du Nuevo Estadio Chamartin

Lorsque Bernabeu arrive au pouvoir, il découvre un club dévasté par la guerre civile. Le stade qu’il occupait avant le conflit a été réquisitionné par l’Atletico de Madrid, repris alors en main par l’armée de l’air. De plus, les anciens cadres dirigeants et la plupart des trophées ont disparu.

Bernabeu a l’intuition que le salut du club passe par la construction d’un nouveau stade. Sans l’aide du gouvernement, le projet met un peu moins de 4 ans à voir le jour. En 1947, devant plus de 75.000 personnes, est inauguré le Nuevo Estadio Chamartin. En 1954, Bernabeu décide d’ajouter un 3ème étage au stade, portant la capacité à 125.000 personnes ! L’année suivante, l’enceinte est renommée « Santiago Bernabeu ». Après 11 ans de travail acharné, le président entre dans la légende.

Le Real Madrid en route vers la gloire européenne

Entre 1947 et 1955, les rentrées d’argent liées au stade ont été multipliées par plus de 5. Le Real a alors toutes les armes en main pour construire une équipe à la hauteur de ses ambitions. S’ouvre alors une ère princière avec les recrutements d’Alfredo Di Stéphano, Raymond Kopa, Ferenc Puskas notamment.

En 1955, se sentant à l’étroit dans le championnat espagnol, il pousse en faveur de la création de la Coupe d’Europe des Clubs Champions. L’idée avait alors été évoquée par Gabriel Hanot et Jacques Ferran, journalistes à l’Équipe. Bien lui en a pris puisque le Real a remporté les 5 premières éditions. Cette période est la plus marquante du club jusqu’aux Galactiques des années 2000.

Pour Bernabeu, la fin du chemin jusqu’à sa mort en 1978 est une moisson sans précédent : sous sa présidence, le Real Madrid a remporté 6 fois la Coupe des clubs champions, 16 fois la Liga, 6 fois la Coupe d’Espagne et une fois la Coupe intercontinentale.

De sa carrière de joueur à celle de dirigeant, Bernabeu a donné toute sa vie au Real Madrid. Il a jeté les bases de l’un des plus grands clubs d’Europe à l’aide de quelques points cardinaux : un stade, une équipe dirigeante ambitieuse, une politique de recrutement européenne et un amour pour les compétitions continentales. À l’heure actuelle, les fondements du club Merengue n’ont pas changé. Florentino Perez continue fidèlement le chemin tracé par son mentor et force est de constater que la magie opère encore.

Articles liés