Santiago Solari, le 13ème entraîneur de Florentino Perez

solari
AFP – PHOTO JORGE GUERRERO

L’espérance « de vie » d’un entraîneur du Real Madrid est courte. Très courte. En 15 ans de présidence (2000-2006 et depuis 2009), Florentino Perez a vu passer pas moins de 12 entraîneurs sur le banc. Santiago Solari est le 13ème…

Vicente Del Bosque (1999 – 2003) : Lorsque Florentino Perez a accédé à la présidence en 2000, il a décidé de parier sur la continuité en maintenant Del Bosque en tant qu’entraîneur du Real Madrid, alors que le Real Madrid venait de gagner 3-0 en finale de Ligue des Champions contre Valence. Comme Makélélé et d’autres, il est victime de la politique du président madrilène.

Carlos Queiroz (2003 – 2004) : Avec l’arrivée de Beckham, Florentino a décidé de parier sur un entraîneur qui connaissait le joueur anglais. Le portugais était jusqu’ici l’adjoint de Sir Alex Ferguson. Avec le Real Madrid, il a remporté la Supercoupe d’Espagne, mais a perdu la finale de Coupe d’Espagne et a terminé 4ème de Liga en ayant perdu les cinq derniers matchs de la compétition.

José Antonio Camacho : Il a présenté sa démission en septembre 2004, après seulement trois journées. Cette démission est la conséquence de désaccords avec les dirigeants au niveau des transferts.

Mariano Garcia Remon a assuré la relève et l’intérim… durant trois mois. Il n’est resté que 101 jours sur le banc du Real Madrid.

Vanderlei Luxemburgo : (décembre 2004 – décembre 2005): L’entraîneur brésilien est resté de décembre 2004 à décembre 2005.

Juan Ramon Lopez Caro (décembre 2005 – juin 2006) : Il a remplacé Vanderlei Luxemburgo et a été le témoin de la démission de Florentino Perez qui s’est produite après une défaite contre Majorque, le 27 février 2006 (2-1).

Manuel Pellegrini (2009 – 2010) : Pellegrini a été le premier entraîneur de l’ère numéro 2 de Florentino Perez. Il faut rappeler que le technicien chilien aurait apprécié pouvoir compter sur Robben et Sneijder dans son effectif. Malheureusement pour lui, il n’a pas eu voix au chapitre en matière de recrutement. L’élimination contre Alcorcon en Coupe du Roi, et celle en Ligue des Champions contre Lyon auront scellé son sort en dépit du fait que son équipe ait terminé à 96 points en championnat (2e derrière le Barça). À noter que le Santiago Bernabéu a réclamé sa démission lors du match retour contre Alcorcon alors qu’il venait de remplacer Lass, meilleur homme sur le terrain ce jour-là.

José Mourinho (2010-2013) : Durant ses trois saisons à la tête du Real, José Mourinho a gagné une Liga, celle « des records », une Coupe du Roi et une Supercoupe d’Espagne. Cette période a été marquée par un duel très agressif avec le FC Barcelone de Pep Guardiola, tant sur le terrain qu’en dehors. Après avoir perdu la finale de Copa contre l’Atletico (1-2) et une saison sans titre, Florentino a annoncé son départ d’un « commun accord ». En vérité, il a été rejeté par le vestiaire.

Carlo Ancelotti (2013-2015) : L’entraîneur italien a gagné la Coupe du Roi face à Barcelone mais a surtout remporté la fameuse « Décima » contre l’Atletico, la Supercoupe d’Europe et le Mondial des Clubs. Le 25 mai 2015, Florentino Perez annonce que l’entraîneur italien ne continuerait pas et ce, contre l’avis du vestiaire.

Rafa Benitez (2015-16) : Il a été licencié le 4 janvier 2016, au lendemain d’un nul concédé à Valence (2-2). Son équipe avait été éliminée en Coupe pour avoir aligné Cheryshev alors que celui-ci était en réalité suspendu, et s’était inclinée face à Barcelone 0-4 à Bernabéu, match qui avait scellé son sort. Le vestiaire ne l’a jamais réellement soutenu.

Zinédine Zidane (2016-18) : Le Français est arrivé en 2016 afin de pallier le départ de Benitez. Le scepticisme était de mise lors de son arrivée, mais force est de constater que Zizou a conquis trois Ligues des Champions en trois ans. Si après la première, certains avaient parlé d’effet « Di Matteo », la deuxième année leur a donné tort. En effet, Zidane a réalisé un doublé historique lors de sa deuxième saison. En outre, il a gagné deux Mondiaux des Clubs, deux Supercoupes d’Europe et une Supercoupe d’Espagne. Le 31 mai, il a annoncé en conférence de presse, Florentino Perez à ses côtés, qu’il ne continuerait pas à entraîner le Real Madrid. Fin de cycle.

Julen Lopetegui (2018) : Son arrivée a été annoncée le 12 juin, juste avant le début du Mondial en Russie avec l’épilogue que l’on connaît. Quatre mois plus tard, après avoir encaissé une lourde défaite (5-1) à Barcelone et une série de cinq défaites sur ses sept derniers matchs, il est destitué le 29 octobre 2018.

Santiago Solari (2018 – ) : C’est lui qui a été chargé de l’intérim après le renvoi de Lopetegui. Nombreux sont ceux, qui, comme pour Zidane, ont émis des réserves quant à sa capacité à redresser l’équipe. En effet, l’Argentin a eu une saison passablement mitigée l’année passée avec le Castilla. Après quatre victoires en quatre matchs, le club a décidé d’offrir un contrat à l’entraîneur argentin qui court jusqu’en 2021. À suivre…

Articles liés