Solari : « Le Real est une équipe qui doit dominer, attaquer, marquer des buts… »

santiago-solari
Photo realmadrid.com

L’entraîneur du Real Madrid s’est présenté en conférence de presse ce mardi, à la veille de la demi-finale de Coupe du Monde des Clubs face à Kashima. 

L’importance de ce trophée : « Je remercie Abu Dabi pour l’accueil. J’aime bien ce tournoi. Je lui donne une grande importance, le chemin est très long pour arriver jusqu’ici. »

José Mourinho : « J’ai le maximum de respect et d’admiration pour tous mes collègues, aussi bien professionnels qu’amateurs, qui font eux aussi un travail remarquable. Je respecte avec plus de raisons encore ceux qui ont fait partie de ce club, qui ont donné leur maximum et apporté de la joie au club. Un retour à Madrid ? Comment pourrais-je m’inquiéter des spéculations autour du Real ? C’est comme ça tous les jours. »

Isco : « Nous sommes concentrés sur aujourd’hui et le match contre Kashima. Je vois Isco dans le même état d’esprit que les autres, travaillant avec enthousiasme. Chacun d’eux peut être déterminant demain. »

200 jours après son arrivée… Fin du projet en cas de défaite au Mondial ? « J’ai la même vision depuis le premier jour où je me suis assis face à vous, la même depuis 2013 et mon arrivée pour entraîner le Cadete B, et la même depuis 2000, qui est de donner le meilleur de moi-même. C’est ma façon de voir ce travail si beau et particulier. »

Kashima Antlers : « C’est une équipe qui a plus d’expérience qu’il y a deux ans. Ils arrivent ici en champion. Il y a 3 ou 4 joueurs étrangers avec beaucoup de qualité. C’est une équipe rapide, dynamique, qui aime le jeu direct. Elle a des attaquants véloces et ce sera un adversaire de qualité. Ce sera un très beau match. »

Vous aimez le joueur qu’est Isco ? « J’aime bien. »

Vous vous identifiez plus à Mourinho ou Guardiola ? « Je m’identifie aux valeurs que représentent le Real Madrid. Il faut être une équipe dominatrice, qui cherche toujours la victoire, à attaquer, marquer des buts. Elle ne doit jamais abandonner. Pour accomplir cela, il faut travailler beaucoup de choses, au niveau tactique, méthodologique et aussi physique. »

Si Isco vous plaît, pourquoi on ne voit pas le meilleur Isco ? Il peut donner plus ? « Mon travail consiste à ce qu’ils soient tous au meilleur de leurs possibilités. C’est un travail ingrat et difficile de choisir qui va jouer et qui ne va pas jouer. Mais j’essaye de faire en sorte qu’ils travaillent tous à 100% et ils le font. Je les vois concentrés et heureux de disputer ce tournoi particulier. On a voyagé jusqu’ici spécialement joyeux. »

Articles liés