Vallejo : « La pression ? Je ne la ressens pas plus que ça »

Vallejo
JESUS VALLEJO / AFP – GABRIEL BOUYS

Le jeune défenseur du Real Madrid a donné une interview à El Periódico de Aragón. Il y évoque sa situation actuelle dans l’équipe et son intégration au club.

Zidane : « L’entraînement est très divertissant, dynamique. Il est toujours de bonne humeur, il nous dit de garder l’esprit tranquille, que les choses viendront, d’avoir confiance en nous.  Zidane était un grand footballeur, je me concentrais davantage sur ceux qui jouaient derrière, comme les centraux et les milieux défensifs, mais c’est indiscutablement une légende. »

Cristiano Ronaldo : « C’est une bête de compétition incroyable. En plus c’est un joueur qui prend beaucoup soin de lui-même, c’est un professionnel qui travaille dur à chaque entraînement. Vous pouvez apprendre de lui tous les jours parce qu’il essaie toujours d’être le meilleur. Il a cette facilité à transformer chaque action en occasion de marquer ou en but… »

Celui qui l’a le plus surpris : « Carvajal, pour sa façon de concourir. Mis à part cette blessure qu’il a eu au début, à chaque entraînement il est au maximum, il donne tout. C’est un super modèle pour moi. »

Ses débuts : « J’ai bien profité de mes deux premiers matchs, maintenant il faut continuer sur cette même ligne de travail et montrer au coach que je suis prêt à jouer.

Pression : « Ce n’est pas un poids pour moi de jouer dans ce club, tout dépend de comment tu le prends. Je joue pour prendre du plaisir, je suis en compétition pour gagner, mais je ne ressens pas plus la pression que ça, seulement l’intensité de la compétition. J’ai toujours été comme ça. »

Gros match à Las Palmas : « J’en suis heureux, mais l’idée est de ne pas me relâcher. Je sais que ce n’est pas facile à mon âge de jouer avec tant de grands joueurs, mais je ne m’arrête pas là dessus. Je veux relever de nouveaux défis et continuer à apporter à l’équipe. »

Jouer à Madrid : « Toute cette répercussion qu’il y a au Real Madrid, cela implique que les joueurs doivent savoir comment gérer ça positivement, en l’utilisant comme un stimulant, y faire face naturellement. S’il y a des erreurs de commises, l’important est de rester dans son match et tout donner. Celui qui donne tout n’est pas obligé à plus, c’est une de mes devises. »

Numéro 3 : « C’est celui que Pepe a laissé. Il y en avait d’autres disponibles, mais c’est toujours bien de récupérer le numéro d’un défenseur d’un tel niveau, même si je l’ai choisi comme ça, sans plus. Je n’ai pas de manies avec les chiffres. Je veux juste un maillot de Madrid et être avec l’équipe première. »

Ramos : « Il me donne des conseils sur et en dehors du terrain. Grâce au numéros de maillot, je suis à côté de lui dans le vestiaire. C’est un plaisir de jouer avec lui, pendant les matchs il communique beaucoup et vous facilite la vie. Il vous prévient pour les couvertures, les actions, ce qui fait que vous êtes plus impliqués dans le match. »

Articles liés