[EXCLU] Tomás Mejías : “Débuter au Real était un rêve de gosse”

mejias

L'actuel portier de l'Omonia Nicosie, vainqueur de la Ligue des Champions en 2014 sous les ordres d'Ancelotti, est revenu pour nous, et en exclusivité, sur sa carrière au Real Madrid. 

Bonjour Tomás, tu as signé pour l'Omonia Nicosie en début de saison. Comment se passe la vie à Chypre ? 

Je suis très content, c'était une grand opportunité. Je voulais changer d'air et mon meilleur ami Emilio Nsue (APOEL Nicosie) m'a recommandé de venir ici.

L'entraîneur Juan Oliva et les autres espagnols présents dans l'effectif ont-ils joué un rôle lors de ta prise de décision ?

Le projet était intéressant et le fait que de nombreux espagnols soient présents au club a forcément eu un rôle prépondérant sur ma décision.

Pour ceux qui ne connaissent pas le football chypriote, comment pourrais-tu le décrire ? Est-il aussi faible que le considèrent les néophytes ? 

Il y a un très grand niveau parce qu'il y a un très grand nombre d'étrangers. On peut aussi remarquer qu'en Europe, avec un club en Ligue des Champions et deux en Europa League, le pays est représenté et loin d'être ridicule.

Tu as connu le football anglais et espagnol. Quelles sont pour toi les différences majeures entre les deux, et quel est, de ton point de vue de portier, ton préféré ? 

Les principales différences sont physiques. En Angleterre, tout le monde possède un physique incroyable alors que tactiquement et techniquement, l'Espagne est, selon moi, au-dessus.

Revenons sur ton étape au Real. Tu es arrivé à seulement 12 ans en provenance du Club Deportivo Coslada. Racontes-nous comme ça s'est déroulé.

Ça date énormément mais je m'en rappelle comme si c'était hier. Le club m'a appelé pour que je vienne m'entraîner avec eux et pouvoir jouer le tournoi national des U12 à 7 qui est télévisé et très célèbre ("Campeonato Nacional Alevín de Fútbol de Brunete" désormais nommé "Torneo Nacional Alevín de Fútbol 7" où sont représentés les clubs de Première Division de l'année en cours). C'est là que tout a commencé, j'ai joué ce tournoi, j'ai été élu meilleur gardien et j'ai signé au club la saison qui a suivi. 

C'était un rêve de signer ?

Je ne le voyais pas tellement comme un rêve car j'étais encore petit et le foot n'était qu'un hobby. Mais petit à petit, je me suis rendu compte que c'était le rêve de tous les jeunes de mon âge.

Tu as joué 4 saisons avec le Real Madrid C alternant les titularisations avec Adán et Jesús Fernández et tu es devenu le quatrième gardien du club. Comment as-tu vécu ces années. Le rêve de jouer le plus haut possible était toujours intact ?

J'ai joué 7 saisons en pro, 4 en C, et 2 au Castilla dont une lors de laquelle j'étais le troisième gardien, ça c'était un vrai rêve ! J'ai beaucoup appris, j'ai profité mais je voyais que c'était compliqué de devenir titulaire tant Iker comme Diego López étaient des gardiens immenses.

Ces derniers jours, on parle beaucoup de Luca Zidane et du statut de troisième gardien que beaucoup ont connu comme toi à Madrid et qui n'a rien d'évident. Penses-tu, comme Santiago Cañizares par exemple, que le jeune Français devrait partir pour obtenir du temps de jeu ? 

Bénéficier de cette expérience quelques années est une bonne chose mais si au final tu ne peux pas avancer, il faut partir pour avoir du temps de jeu.

Changerais-tu quelque chose sur ta carrière au club ? 

Je ne sais pas si je changerais des choses mais je garde en mémoire ce que j'ai appris et la manière dont laquelle j'ai profité.

Tu as fait tes débuts le 10 mai 2011 avec le Real à Bernabéu. Quel souvenir gardes-tu de ce moment ? 

Je me souviens que Mourinho s'est retourné sur le banc et m'a demandé d'aller m'échauffer. Je ne pensais pas qu'il s'adressait à moi mais finalement si. Je suis partir à l'échauffement avant de débuter et de réaliser mon rêve de gosse.

Tu as côtoyé de nombreux gardiens dans ta carrière. Lequel t'a le plus impressionné ? 

Casillas, Diego López et Valdés sont les TOPS et j'ai gardé le meilleur de chacun.

Quel était ton référent plus jeune ? 

Buffon m'a toujours plu.

Le joueur qui t'a le plus bluffé dans ta vie ? 

Ronaldo le Brésilien et Ronaldinho.

Cristiano ou Messi ? 

Pour moi on ne peut pas les comparer, ce sont des joueurs différents au rendement exceptionnel.

Ton meilleur souvenir en blanc ? 

La montée du Castilla en deuxième division ainsi que la Ligue des Champions avec Ancelotti.

Que peut-on te souhaiter pour le futur ? 

La santé et pouvoir jouer au football professionnel pendant des années !

Articles liés