Iker Casillas, le super-héros du Real Madrid

Photo by Icon sport

À l’occasion de notre tournoi des légendes du Real Madrid sur nos réseaux sociaux, focus sur San Iker Casillas, le plus grand gardien de l’histoire.

Aucun gardien de but n’aura été aussi fiable et décisif qu’Iker Casillas durant sa si longue carrière. Que ce soit avec le Real Madrid, l’Espagne et même le FC Porto, le natif de Mostoles, une petite province madrilène, a grandement contribué aux succès de ses équipes. Casillas a accompli le rêve de n’importe quel joueur de football : TOUT gagner avec son club de coeur et son pays.

Iker Casillas est un enfant du madridismo. Il est arrivé dès l’âge de 9 ans à la maison blanche et on ne le verra avec un autre maillot que 25 années plus tard. C’était un surdoué dès le plus jeune âge, des arrêts réflexes incroyables, ses entraîneurs durant sa formation en témoignent et il ne tardera pas à le montrer au monde entier. Imaginez un instant. À 16 ans, vous êtes à l’école quand soudain quelqu’un vient interrompre le cours car l’entraîneur de l’équipe première du Real Madrid vous convoque pour un match de Ligue des Champions et le bus va bientôt partir. C’est exactement ce qui est arrivé au jeune Iker en 1997, lorsque Contreras et Bodo Illgner s’étaient blessés. Il n’a pas joué, mais tout de même.

Ce n’est finalement qu’en 1999 que le jeune portier du Real réalisera ses débuts avec l’équipe première sur la pelouse du vieux San Mamés. Progressivement, le gamin de 18 ans s’installe dans les cages du Real et va rapidement écrire la première page de sa légende. Il dispute 47 matchs pour sa première saison avec les professionnels et remporte une première Ligue des Champions face à Valence à Paris. Il est le plus jeune gardien de l’histoire à disputer une finale de C1.

Lors de la saison 2001-02, l’Espagnol de 20 ans est moins flamboyant et partage son temps de jeu avec César Sanchez et c’est ce dernier qui dispute les phases finales de Ligue des Champions. Mais en finale, alors que le Real Madrid mène (2-1) et qu’il ne reste que 22 minutes à tenir, César se blesse et doit céder sa place. Ce soir-là, il y a eu la volée de Zidane mais aussi l’entrée en jeu héroïque du jeune canterano. Difficile pour lui de retenir ses larmes au coup de sifflet final.

Durant le reste des années 2000, ce n’est pas la grande joie à Madrid dans les compétitions européennes mais le Real arrache tout de même quelques Ligas. Lors de la saison 2007-08, il n’encaisse que 32 buts en 36 matchs. Il est sans discussion possible le meilleur gardien du monde et il remporte l’Euro avec l’Espagne dans la foulée. Il termine 4e au Ballon d’Or la même année, une prouesse pour un gardien en ces temps modernes. La domination est limite insolente : entre 2007 et 2012, il figure dans toutes les équipes types de la saison (UEFA, FIFA, France Football, L’Équipe…). Il prend toute la place.

Tout va néanmoins se compliquer sous José Mourinho, bien que la deuxième saison fut excellente avec la Liga de tous les records. Le Portugais instaure néanmoins un climat anxiogène durant les Clasicos et l’atmosphère en devient pesante jusque dans les vestiaires de l’Espagne entre joueurs du Real Madrid et du Barça. En bon capitaine du Real et de la Roja, il joue les entremetteurs pour le bien de son pays, ce qui n’est évidemment pas au goût de son entraîneur. En janvier 2013, Arbeloa blesse Casillas qui ne retrouvera plus sa place jusqu’au départ de Mourinho.

Le Portugais a réussi à monter ses plus fidèles admirateurs contre une partie du vestiaire usée par ses méthodes, Casillas en tête de file, mais son départ permet au gardien espagnol de retrouver du temps de jeu avec Ancelotti. Diego Lopez continue d’être le numéro un en championnat mais San Iker joue la Coupe du Roi et la Ligue des Champions. Le Real remporte les deux coupes. En 2015, il quitte le Real pour le FC Porto où il retrouve du plaisir et un excellent niveau. Il bat par exemple le record d’invincibilité (530 minutes) pour un gardien du club portugais et contribue grandement à son titre de champion en 2018.

Victime d’un infarctus le 1er mai 2019, en pleine séance d’entraînement, Casillas a dû mettre un terme à sa carrière de joueur malgré une fraîche prolongation de contrat qui l’aurait amené jusqu’à ses 40 ans. Qu’importe, la carrière d’Iker Casillas fut prodigieuse et conforme à son incroyable talent. Avec le Real Madrid, il a remporté 19 trophées et a disputé 725 matchs, ce qui fait de lui le deuxième joueur le plus capé de l’histoire du club.

Articles liés