La renaissance de Benzema

Burak Akbulut / Anadolu Agency

Avec 5 buts en 4 matchs officiels dont 4 en Liga, Karim Benzema a véritablement démarré la saison la fleur au fusil. Ses statistiques contrastent, et c’est un euphémisme, avec celles de la saison dernière. En 34 matchs de Liga, Benzema n’avait marqué que 5 buts. À titre de comparaison, Achraf, latéral droit, en avait marqué deux en neuf rencontres…

Nonobstant, Benzema, sous le feu de la critique, a sauvé sa saison en marquant trois buts lors des deux matchs les plus importants de son équipe. Ces chiffres, peu flatteurs, ne doivent pas occulter que l’attaquant français n’en était pas moins l’un des meilleurs passeurs décisifs de la Liga.

Le scepticisme et l’irritation des supporters madrilènes à son égard étaient le fruit de son manque d’efficacité devant le but d’une part, mais également de son attitude apathique sur le terrain qui en déconcertait plus d’autre part.

Dès lors, qu’est-ce qui a bien pu se produire pour qu’un joueur aussi décrié la saison dernière ait tant changé de statut en si peu de temps ? Le journal espagnol AS essaie d’esquisser une réponse à cette question dans son édition d’aujourd’hui. Frédéric Hermel met en exergue les éléments suivants : l’absence de Cristiano Ronaldo, le fait d’avoir pu effectuer une préparation complète (contrairement aux mondialistes) et son travail de musculation. Selon le journaliste français, Karim Benzema réalise un travail de musculation spécifique, et ceci, depuis plusieurs années, afin de renforcer sa musculature comme corollaire une meilleure explosivité.

Frédéric Hermel souligne également la confiance indéfectible de Julen Lopetegui envers son attaquant. En effet, dès la fin de la première semaine de la pré-saison, on pouvait voir une photo publiée par l’entraîneur madrilène sur laquelle on le voyait proche de Benzema. Enfin, la maturité est un élément clé dans le rendement de Benzema, les attaquants l’atteignant en général vers l’âge de 28 ans.

Si nous concédons que l’absence de Ronaldo diminue la propension de Karim Benzema à le rechercher sur le terrain plutôt qu’à marquer, sa présence ne justifiait pas le manque de réalisme de l’attaquant français. D’ailleurs, AS souligne le fait que le natif de Bron marque tous les 2,2 tirs, chiffre bien inférieur aux 7,5 tirs dont il avait besoin pour marquer la saison dernière. Depuis qu’il est à Madrid (depuis 2009), Benzema a marqué 197 buts en 1018 tirs (un but tous les 5,1 tirs). Il s’agit donc d’un Benzema bien plus efficace et réaliste que les saisons précédentes. On pourrait penser que Benzema frappe plus au but sans Cristiano, mais il n’en est rien. Benzema tente sa chance toutes les trente-cinq minutes pour trente-quatre la saison dernière.

Pour notre part, nous nous risquons à avancer l’hypothèse suivante : si Benzema avait marqué une dizaine de buts avec une attitude normale sur le terrain, il aurait été opportun de parler de déclin. L’impression que dégageait l’ancien numéro 10 de l’Equipe de France était extrêmement néfaste et Zidane, malgré sa défense à outrance de son protégé, avait dû concéder que Karim Benzema avait « un blocage » face au but. Nous pensons que Karim Benzema était très affecté par sa situation en équipe de France et qu’il lui a fallu de temps pour accepter qu’il n’y serait probablement plus convoqué. En revanche, une fois qu’il en a fait le deuil, un autre homme est né, conscient, comme il aime à le répéter qu’il se trouve dans le meilleur club du monde. Le chat n’existe plus mais le Phénix renaît de ses cendres.

Cet été, le club a fait le pari, risqué s’il en est, de ne pas recruter d’attaquant de renom. Après le départ de Cristiano Ronaldo, qui assurait environ cinquante buts par saison, ainsi que devant le manque d’efficacité de Benzema, on aurait pu penser que le Real Madrid recruterait un attaquant qui assurerait les mêmes chiffres que Ronaldo. Il a préféré rapatrier Mariano Diaz, qui a effectué un « Erasmus » prolifique en Ligue 1 à Lyon durant une saison. Ceci, démontre la confiance du club en Karim Benzema, et force est de constater que pour l’instant, les faits donnent raison au club de Concha Espina.

Avec 197 buts, Karim Benzema, en sus d’avoir désormais marqué contre toutes les équipes de la Liga qu’il a rencontrées, est le septième meilleur buteur de l’histoire du Real Madrid derrière Hugo Sanchez (207), Puskas (242), Santillana (290), Di Stéfano (307), Raúl (323) et Ronaldo (450). Nul doute qu’en continuant sur sa lancée, il améliorera sa place dans ce prestigieux classement.

Articles liés