Navas : « Asensio sera la révélation du Mondial »

Navas
AFP PHOTO / Ezequiel BECERRA

Interviewé par le quotidien madrilène Marca, Keylor Navas revient sur le sacre du Real Madrid en Ligue des Champions, le départ de Zidane et les chances du Costa Rica au Mondial.

Que peut espérer le Costa Rica au Mondial ? « Notre mentalité est d’avancer pas-à-pas. Le premier objectif sera de passer la phase de groupes, ce ne sera pas facile parce que nous avons de très bonnes sélections comme le Brésil, la Suisse et la Serbie. Ensuite il faudra prendre match après match. On veut continuer à faire l’histoire de notre pays et donc faire mieux que les quarts de finale du Mondial précédent. »

Tu as plus de pression dans les cages du Real Madrid ou du Costa Rica ? « J’ai toujours la pression, parce qu’on attend toujours le meilleur de toi. On attend toujours que je fasse un travail impeccable, sans commettre la moindre erreur, sinon je suis jugé. Mis à part ça, j’essaye toujours de prendre du plaisir. Je suis heureux d’être au Real Madrid et de jouer avec ce maillot. Et jouer pour mon pays, où je suis né, où j’ai grandi et où ma famille habite encore, c’est un plaisir. »

Tu ressens le soutien des supporters madrilènes ? « Absolument. Le soutien qu’ils me montrent est incroyable et je leur en suis extrêmement reconnaissant. Peu importe ma situation sportive, ils ont toujours été à mes côtés et me soutiennent. Dans le stade, j’ai toujours des chants d’encouragement qui me motivent et dans la rue les gens m’accostent et me transmettent leur soutien. Ils me disent : ‘Ne t’en vas pas, on t’aime’ et c’est toujours réconfortant. »

Comme tous, tu as dû être surpris par le départ de Zidane… « Oui, j’étais au Costa Rica, et j’ai vraiment été surpris… »

Zidane t’as toujours soutenu : « Oui, je lui en serai toujours reconnaissant. Dans les bons comme dans les mauvais moment, il m’a toujours soutenu, et m’a donné des conseils. Toutes ces choses te donnent de la confiance pour aller de l’avant. Maintenant, ce sont les souvenirs que nous gardons de lui. »

Justement, quel souvenir gardes-tu de Zidane ? « Il a toujours eu confiance en moi et ça c’est très important pour un joueur. C’est une personne très transparente. Quoi qu’il dise à un joueur, il ne le fait pas en mentant ou derrière son dos. Il a toujours été très sincère avec nous et a fait de cette équipe une famille. »

Ton avenir : « J’ai un contrat jusqu’en 2020. J’ai toujours dis que j’étais très heureux au Real Madrid et que j’espère, si Dieu le veut, pouvoir raccrocher les crampons ici. Je suis très heureux au club, dans la ville, avec mes coéquipiers… Maintenant je suis concentré sur le Mondial, ensuite on repensera au Real Madrid. J’ai travaillé à 100% pour pouvoir gagner ma place dans cette équipe. Ma mentalité ne changera pas, je vais continuer à travailler comme lors du premier jour de mon arrivée. »

La Champions donne de la force : « Clairement. Gagner une troisième Ligue des Champions consécutive est impressionnant, et évidemment j’arrive au Mondial avec plus de joie. On a fait l’histoire avec Madrid et maintenant je veux en faire de même avec le Costa Rica. J’ai déjà gagné la Champions, mais pas le Mondial. »

Qui sera la révélation du Mondial ? « Il y a le choix… Mais je dirais ‘Marquito’ Asensio. Je sais de quoi il est capable. »

Articles liés