A la fin il n’en reste qu’un, et c’est toujours Benzema

Arrivé dans la capitale espagnole en 2009, Karim Benzema continue de faire son petit bonhomme de chemin pendant que ses concurrents sont forcés à l'exil.

AFP PHOTO / PIERRE-PHILIPPE MARCOU

Les années passent, et ses concurrents trépassent. Malgré quelques secousses, notamment sous les ordres de José Mourinho, Karim Benzema reste intouchable sur le front de l'attaque madrilène. Revenu plus aguerri dans son club formateur, Alvaro Morata est le dernier en date à tomber sous les feintes de corps de KB9. Le dernier d'une longue liste, on se contentera de ne parler que des plus tenaces...

Le français pose ses valises en 2009 en provenance de l'OL, alors que l'icone madrilène, Raul, est encore en place avec Van Nistelrooy. Choix et chouchou du président, Florentino Perez, Karim Benzema se fait une petite place et pousse, avec Gonzalo Higuain, ces derniers à partir. Le néerlandais quitte le Real Madrid en janvier 2010, et l'espagnol rejoint Schalke 04 l'été qui suit.

Recruté trois ans plus tôt, Gonzalo Higuain est l'attaquant qui a imposé la concurrence la plus rude à l'ancien lyonnais. Jusqu'en 2011, l'argentin a le dessus sur son coéquipiers, mais la place de celui-ci est menacée par une grave blessure. Le français en profite et devient numéro un, malgré l'arrivée d'Adebayor pour le concurrencer.

Les saisons suivantes, le retour en force de Pipita assure une concurrence plus féroce que jamais entre les deux protagonistes. José Mourinho, alors aux commandes, change d'un match sur l'autre et la moindre baisse de régime de l'un, profite à l'autre. A la fin de l'exercice 2012/2013, l'entraîneur madrilène prend la porte et le club décide de vendre l'attaquant argentin, estimant que Karim Benzema sera meilleur sans concurrence et avec plus de temps de jeu. Le même été, Gareth Bale débarque dans la capitale espagnole pour former la BBC.

Un long fleuve tranquille depuis Ancelotti

En 2013, l'année de la Décima, aucune concurrence n'est imposée à Karim Benzema. Seul le jeune Alvaro Morata, fraîchement sorti du Castilla, fait office de deuxième attaquant pur. L'espagnol décide de tenter sa chance en Italie avant d'être rapatrié deux saisons plus tard par le Real Madrid. La fin de l'histoire s'est achevée hier. C'est un nouvel échec, probablement définitif cette fois-ci.

Entre temps, en 2014-15, les dirigeants madrilènes avaient décidé d'appeler Chicharito en renfort sous la forme d'un prêt. Malgré une saison convaincante dans un rôle de doublure, le club n'exerce pas son droit d'achat et laisse le champ libre à KB9. Cette saison, Zinédine Zidane aurait souhaité conserver Morata, mais celui-ci a préféré abandonner face au français, indéboulonnable. Reste désormais à savoir si le Real Madrid recrutera, ou pas, pour combler le départ du canterano.

Articles liés