Carvajal : “C’est devenu difficile de gagner tous les matchs”

Toujours en récupération de sa blessure au genou, le latéral du Real Madrid Dani Carvajal a accordé une longue interview au média Marca.

Comment va la blessure ?

Je vais beaucoup mieux. Le délai de récupération estimé était de dix semaines. Ce vendredi ça fera six semaines. Je vais bien, je touche le ballon. Je fais des choses plus intenses et j'espère qu'après la trêve internationale je pourrai être disponible pour l'entraîneur.

Un footballeur souffre sûrement davantage quand il est absent, quand il voit ses coéquipiers jouer et qu'il ne peut pas aider, n'est-ce pas ?

Vous n'imaginez même pas. Lorsque vous êtes absent, vous souffrez dix fois plus. En fin de compte, vous ne pouvez rien faire pour aider l'équipe et c'est assez énervant. Le vivre de l'extérieur est incomparable.

Et plus encore dans des situations avec beaucoup de tension, comme actuellement où chaque match est une finale.

C'est clair. Maintenant, tous les matchs sont très importants et il y en a tous les trois jours. Les faux pas en Ligue des champions nous obligent à gagner, à ne pas avoir cette marge d'erreur au sein du groupe. Et vous savez la Liga... Barcelone va bien, la Sociedad est leader, l'Atlético va très bien ... Vous ne pouvez pas vous relâcher. Les autres équipes ne font pas de cadeau.

Le plus dur reste de maintenir une certaine régularité ?

C'est ce que je pense. Chaque entraîneur et chaque équipe cherche à avoir cette régularité positive, mais ce n'est pas facile. En fin de compte, des blessures surviennent. Une équipe comme le Real Madrid compte de nombreux internationaux et en octobre et novembre, il y a trois autres matchs de l'équipe nationale, ce qui ajoute des voyages, des concentrations ... vous n'avez presque pas le temps de vous reposer. C'est compliqué. De plus, cette année il n'y a pas eu de véritable pré-saison et il est difficile de maintenir une régularité, notamment à cause de la fatigue physique, mais encore plus à cause de la fatigue mentale.

Comment l'analysent-ils de l'intérieur ?

Tous ceux qui sont ici depuis quelques années s'y habituent, à la fin vous pouvez battre l'Inter dans un match très disputé et perdre contre Valence, contre un bon rival, loin de chez vous. Ce n'était pas notre soir, mais vous ne pouvez pas gagner tous les matchs. En fin de compte, il faut s'habituer un peu à ces hauts et ces bas, aux critiques comme aux flatteries, essayer de garder une ligne et atteindre cet objectif de régularité.

Y a-t-il moins de doute à l'intérieur du vestiaire qu'à l'extérieur ?

Oui, nous sommes à mort avec l'entraîneur, avec le club, avec les coéquipier que nous avons à nos côtés et la philosophie de l'entraîneur est que nous sommes tous ensemble, que nous allons tous dans la même direction, c'est ce qu'il a fait pendant toutes ces années ici.

Il n'y a pas plus de club dominateur comme les autres années, avec le Real Madrid ou Barcelone...

Non. Il y a beaucoup de matchs et c'est compliqué. Au final tu vas en Ligue des champions, nous par exemple, après la pause et nous devons voyager en Italie et la semaine suivante en Ukraine, il faut aller à Séville ... Ce sont des matchs très exigeants et tous les trois jours. Il est difficile de tout gagner. Les équipes qui ne jouent pas à la compétition européenne ont une semaine entière pour préparer un match, elles peuvent se reposer et mieux analyser le rival.

Mais la barre de l'exigence au Real Madrid est toujours très élevée, même le moindre échec n'est autorisé.

Totalement. Je ne dis pas cela comme une excuse, loin de là. C'est simplement qu'il n'est pas facile de maintenir une régularité avec des matchs aussi exigeants tous les trois jours. Des soucis physiques surviennent également. Mais comme vous le dites, nous avons une grande équipe et ce que nous devons faire est de nous battre pour tous les titres.

Comment rassurer les fans et affirmer que le Real Madrid est toujours dans le coup, et pas aussi loin qu'il y paraît parfois ?

Je comprends que ces deux dernières semaines, que j'ai vécues de l'extérieur, il est difficile de voir que l'équipe ne gagne pas tous les matchs, mais aujourd'hui tout est beaucoup plus équilibré, toutes les équipes travaillent beaucoup physiquement. N'importe quel rival de la ligue espagnole, vous leur laissez deux mètres et ils mettent le ballon où il veulent, mais il faut rassurer les fans. Nous sommes le Real Madrid, nous avons une très bonne équipe et ne doutons pas de nous car nous allons nous battre pour tous les titres. Et au mois de mars vous serez heureux car nous serons encore en course dans toutes les compétitions.

Vraiment optimiste, donc ?

Oui, je suis optimiste sur ce que je vois et ce que je ressens. Je ne lance pas une pièce en l'air, je pense que l'équipe est très engagée, tous les joueurs, tous les membres du staff, nous nous sentons très soutenus les uns les autres.

Articles liés