Vazquez : “Nous irons chercher tous les titres la saison prochaine”

Lucas Vazquez a accordé une interview exclusive au quotidien Marca, dans laquelle le cantenaro évoque la saison qui vient de se terminer avec succès, la gestion de Zidane, les grands défis pour la saison prochaine mais aussi en ligne de mire la prochaine Coupe du Monde en Russie.

Photo Burak Akbulut / Anadolu Agency / AFP

L'attaquant espagnol a été le joueur de l'effectif merengue le plus utilisé cette saison avec 50 apparitions en 60 matchs. Même s'il n'a pas pu jouer les matchs importants ni même la finale à Cardiff, Vazquez a su faire preuve de patience avant que Zidane ne lui donne sa chance.

4 titres et 1 doublé : "Ça a été une saison spectaculaire. Du début à la fin l'équipe a fait un gros travail. En Liga, qui est le tournoi de la régularité, l'équipe était en tête du championnat quasiment toute l'année. Ça n'est que justice de l'avoir gagné. Et la Ligue des Champions... Madrid et la Champions c'est quelque chose de spécial. Et nous l'avons encore démontré en la gagnant deux fois de suite, ce qu'aucune autre équipe n'avait fait avant."

Vazquez, joueur avec le plus d'apparitions : "Je suis content d'avoir joué 50 matchs, c'est un chiffre important. Si je l'ai fait c'est parce le Mister a confiance en moi et m'a donné beaucoup d'opportunités. J'essaye de lui rendre cette confiance sur le terrain. J'espère pouvoir le faire encore beaucoup d'années."

L'apport du turn over : "C'était un peu le secret de cette saison. Le fait de pouvoir changer 9 ou 10 joueurs dans un match fait que les joueurs sont plus reposés et tous les joueurs sont impliqués. C'est grâce à ça nous avons pu arriver en phase finale d'une compétition aussi exigeante que la Champions aussi frais que nous l'avons été. Cela nous a permis de jouer les deux compétitions dans de bonnes conditions."

Rôle des remplaçants : "Le Mister dès le début nous a fait comprendre quelle était son idée et nôtre rôle dans l'équipe. Il nous a donné des opportunités à tous, il nous a tous donné du temps de jeu. Je ne crois pas que quelqu'un puisse dire qu'il n'a pas eu d'opportunités cette saison. Et ce qui transforme le succès collectif en succès individuel aussi. Zidane te demande de bien t'entraîner et ensuite c'est lui qui gère le nombre de matchs de chacun."

Un match titulaire, puis le second remplaçant et le suivant quelques minutes. Est-ce difficile de maintenir le cap et l'intensité nécessaire comme cela  ? "Je crois que la motivation vient de vouloir jouer pour Madrid. Pouvoir jouer avec Madrid fait que tu as une exigence maximale. Nous sommes des joueurs compétitifs, jeunes, qui veulent toujours gagner. Et ça se reflète sur le terrain. Tout le monde veut être titulaire, ça c'est clair. Mais c'est le coach qui décide. Ce qui nous concerne c'est de travailler au maximum pour être au meilleur niveau quand il faut."

Individuellement, que demande Zidane à Lucas Vazquez ? Plus de travail au milieu ou d'imagination en attaque ? : "Les deux. En défense, il me demande d'aider le latéral, mais aussi d'aider les milieux de terrain à fermer le milieu. Et devant, Zidane nous laisse beaucoup de liberté. Chacun peut donner sa meilleure version à chaque match."

Après une saison comme celle-ci, comment prend-on le fait de ne pas être convoqué en sélection ? : "Je suppose que je suis comme d'autres coéquipiers qui n'y vont pas. On veut toujours aller en sélection, parce que pouvoir représenter ton pays c'est le Graal. Mais ce qu'il faut faire c'est continuer à travailler pour être dans la prochaine liste. Surtout avec le Mondial en Russie, c'est un rendez-vous important."

59 ans après, un nouveau doublé : "C'est une sensation incroyable de pouvoir aller deux fois deux semaines à la Cibeles pour fêter avec nos supporters deux titres aussi importants que la Liga et la Ligue des Champions. Nous sommes heureux de l'avoir fait. Ce doublé va nous pousser à faire encore plus."

Comment ce doublé a pu résister autant de temps à un club aussi puissant que le Real ? "Parce que c'est toujours compliqué de gagner un titre. Il faut beaucoup travailler, nous l'avons vu cette année. Nous sommes contents de ce que nous avons fait. Il faut continuer à bien jouer au football et à gagner des titres."

Doutes après avoir perdu le Clasico : "Quand tu pers à domicile contre l'adversaire pour le titre te fait réfléchir. Mais nous étions dans une très bonne position, nous avions le match reporté contre le Celta et nous dépendions de nous-mêmes. Quand tu dépends de toi-même il faut être confiant. C'est ce que nous avons fait. Heureusement, tout s'est bien terminé."

Choisir entre la Liga et la C1 : "C'est difficile de choisir. Il faut savourer les deux. Ce sont deux titres très importants. C'est vrai que nous n'avions pas gagné la Liga depuis longtemps et nous avions envie de le faire parce que c'est un championnat compliqué à gagner, c'est 38 journées où il faut se battre. Mais au Real Madrid l'exigence est toujours au maximum et il faut toujours tout gagner."

Privé de Coupe du Roi par le Celta Vigo, avec un match aller lamentable : "C'est ce match qui nous a fait perdre la Copa, une compétition que nous avions aussi envie de gagner. Dans le football, tu as toujours moyen de prendre ta revanche la saison d'après. Nous irons chercher toutes les coupes l'année qui vient."

Passer de protagoniste en finale de la UnDécima à être écarté pour la DuoDécima : "Le football est comme ça. Il n'y a pas deux matchs pareils, pas deux Ligue des Champions pareilles. Il faut voir comment les choses se sont passées et apprendre de ses erreurs. Malgré tout, j'ai joué dix matchs de Champions, qui n'étaient pas si mauvais. J'espère que la DuoDécima va compter dans mon CV (rires)."

Les mots de Zidane à la mi-temps contre la Juve : "Qu'il fallait continuer comme ça et avoir confiance en nous. Et que si nous faisions tout ça, nous allions gagner, c'était sûr."

L'alchimie du groupe, l'une des clés du succès : "Ce qu'on voit de l'extérieur, c'est ce qu'il se passe à l'intérieur. Nous nous entendons très bien, nous nous faisons des blagues. Et ça se reflète sur le terrain, ce naturel que nous avons entre nous, cette bonne ambiance, qui s'ajoute aussi à l'heure de gagner les matchs. Qui est le chef ? Le capitaine."

À peine la saison digérée, il faut se pencher sur l'autre : "Être à Madrid t'oblige à te battre pour tout. Nous allons aller chercher tous les titres et essayer de les gagner. Si nous faisons bien les choses, nous réussirons."

Le triplé ? : "C'est un peu trop tôt , non ? Reposons-nous d'abord ! (rires)."

La DécimoTercera (13è C1) ? "Nous sommes toujours motivés pour ça, il faut aller la chercher !"

Et enfin son mariage : "Après une aussi bonne saison, c'est comme la cerise sur le gâteau !"

Articles liés