La “loi Bale”, quand les joueurs protègent leurs informations médicales

g-bale

Sans le vouloir, Gareth Bale a ouvert un nouveau débat en Espagne sur la protection des informations médicales des joueurs. Le Gallois avait demandé au club de ne pas communiquer sur sa blessure. 

📎 Odegaard encore décisif ce week-end

La Cope et El Chiringuito avaient révélé l'information la semaine dernière. Le joueur du Real Madrid avait imposé au club de ne pas publier de communiqué sur les raisons de son absence. Revenu touché de la trêve internationale, le Gallois s'est pour cela appuyé sur le secret médical, et il est pleinement dans son droit.

À Madrid et plus généralement en Espagne, il est courant d'obtenir des informations sur la nature d'une blessure d'un joueur du club, à tel point que l'absence d'annonce autour de Gareth Bale a étonné les supporters madrilènes. Pourtant, le quotidien MARCA s'est penché sur ce dossier et affirme dans son édition du jour que le Gallois n'est pas le premier à s'appuyer sur ce droit, bien qu'il soit le premier cas connu. On se souvient par exemple d'une absence "inconnue" de Luka Jovic durant la pré-saison au Canada, mais aucun média n'avait creusé la piste afin de savoir si rien n'avait été divulgué à la demande du Serbe.

Ailleurs en Europe, les procédés sont pourtant différents et la confidentialité des informations médicales est mieux protégée, comme en Allemagne ou en Angleterre. Les clubs ne communiquent pas systématiquement sur les blessures, voire jamais sur celles dites mineures (musculaires). Elles n'émettent un communiqué que lors de graves lésions au contraire des clubs espagnols qui eux le font, jusqu'à présent, sur toutes sortes de blessures.

Mais peut-être que le cas Gareth Bale va faire changer les choses car au final, les joueurs de football sont des travailleurs comme les autres, et ils ont, à ce titre, les mêmes droits que tout le monde.

Articles liés