Le Real a-t-il besoin d’un autre 9 ?

 

Le Real Madrid ne semble pas décidé à faire venir d'autre remplaçant à Karim Benzema. Borja Mayoral fera l'affaire. Suffisant ?

Morata et Chicharito en ont fait l'amère expérience ces deux dernières années, quoi qu'ils fassent, ils ne pourront jamais prendre la place de Benzema. A priori, pas de changement en vue pour cette saison. Mayoral est là pour engranger de l'expérience et dépanner. Il n'est pas là pour tenter de faire de l'ombre au tricolore. La concurrence sied mal au buteur français, bien meilleur lorsqu'il sait qu'il a le soutien indéfectible du coach. Cette décision de ne pas recruter est toutefois contestée.

Pourquoi il faut lui trouver un remplaçant :

▪︎ Car Benzema n'est pas à l'abri des blessures. Certes, il est peu souvent écarté mais si d'aventure une grave lésion le maintenait éloigné des terrains pendant plusieurs mois, ce serait un coup dur indéniable pour le club.

▪︎ Car un vrai buteur ne ferait pas de mal au Real. L'ancien lyonnais est un joueur exceptionnel mais ce n'est pas un killer né. Il préfère venir dans le jeu que d'évoluer au niveau du dernier défenseur. Il n'a rien à voir avec les anciens numéro 9 comme par exemple Miroslav Klose ou Pippo Inzaghi. Ce genre de joueurs qui n'a pas grand chose pour lui si ce n'est un sens du but et de la chance bien plus élevés que la moyenne. Ce genre de joueurs pas spécialement beaux à regarder mais qui ont une rage peu commune et qui sont si efficaces.

Bien plus à l'aise techniquement, bien plus abouti, Karim ne fait décidément pas partie de ceux qui traînent dans les 16 mètres et à qui il faut une demi-occasion pour marquer. Face à des équipes regroupées derrière, appliquant la stratégie du "je parque le bus", un bon vieux renard des surfaces  (ou une bonne vieille carotte, comme vous voulez) peut parfois débloquer la situation.

À Madrid, Ruud Van Nistelrooy et Klaas-Jan Huntelaar ont été les derniers représentants de cette lignée. À propos de ce dernier, ses coéquipiers déclaraient qu'à chaque fois qu'il avait un ballon, il la mettait au fond. De moins en moins en vue dans le football moderne, il en existe encore quelques uns : Bas Dost, Charlie Austin, Aleksandar Mitrovic, Alexander Meier. Fernando Llorente correspond aussi au profil recherché, la piste Falcao ayant été abandonnée il y a un an. L'Espagnol ne trouvera pas de temps de jeu s'il reste à la Juventus. Bien que ne concordant pas vraiment avec l'image très glamour que renvoie le Real, il pourrait s'avérer utile.

Pourquoi il ne faut pas lui trouver de remplaçant

▪︎ Car Benzema risque d'avoir moins de temps de jeu que les autres années. Ronaldo est progressivement en train de se reconvertir en attaquant de pointe, s'éloignant de ce côté qu'il affectionne tant. Son affection pour les passements de jambe et les débordements se voit négligé au profit de son amour du but. Dans quelques mois, ce sera peut-être lui ne numéro 9 de Benítez. Jesé aussi peut s'occuper du poste de Benzema. Le jeune madrilène a le but dans le sang même si pour l'instant, il est plus à l'aise sur l'aile.

▪︎ Car les rotations dont tout le monde parle pourraient tout arranger. Un coup Vazquez à droite, un coup Jesé à gauche, Bale en 9, Isco au centre, Kroos en 10, Mayoral titulaire, Danilo au milieu, etc. Autant dire que les différentes combinaisons sont innombrables. Le onze de départ s'adaptera à l'état de fatigue des joueurs. Comme tous les autres, Benzema aurait le temps de souffler et serait remplacé par un joueur capable d'assumer son rôle. La polyvalence de l'effectif est un atout de choix.

▪︎ Car Mayoral a de quoi être digne de confiance. Que ce soit Jesé, Morata, et même Chicharito, ils ont tous montré qu'ils étaient à la hauteur quand ils ont eu le droit de laisser parler leur talent. Rien à voir avec les déceptions du milieu de terrain, Lucas Silva et Illarra. Mayoral a des chiffres qui parlent pour lui. Placer sa confiance en des promesses peut parfois s'avérer être le meilleur investissement de la décennie. Raúl et Casillas en sont les meilleurs exemples. Dans le cas contraire, ne pas leur faire confiance peut se révéler être une grave erreur. Faut-il expliciter davantage les cas Morata, Eto'o, Mata, Juanfran Torres, Filipe Luis, et autres ?

▪︎ Car la saison prochaine le Real en recrutera un, de numéro 9. C'est presque certain. Harry Kane est surveillé de près. Les bonnes relations entre le Real et Tottenham jouent en faveur de la Casa Blanca. Morata pourrait aussi avoir la chance de revenir chez son club formateur. Entre temps, d'autres se seront assis sur les plus hautes marches du classement des goleadors. Le marché n'est jamais avare de grands joueurs. Et encore moins pour le Real.

morata 2015 espagne


Articles liés