Perez : “J’ai sorti l’argent de ma poche pour éponger toutes les dettes du Real Madrid”

Florentino Perez a accordé un entretien à Onda Cero, dans son émission El Transistor. Il a évoqué son parcours au Real Madrid et a passé en revue les actualités du club.

Le stade : "C'est un grand chantier. On espère que le Bernabeu sera prêt pour la fin d'année prochaine (2022). On le prépare pour que l'on puisse jouer et accueillir des supporters dès cette saison. Nous n'aurons pas besoin de jouer au Wanda Metropolitano et on verra selon le calendrier si on a besoin de jouer nos premiers matchs à l'extérieur."

L'UEFA a supprimé la règle du but à l'extérieur : "Ce que je veux, c'est que l'UEFA se préoccupe davantage des fans et fasse une compétition plus attractive. Je continue de me battre pour le football, les audiences baissent. Si on ne fait rien, la situation sera très mauvaise."

Son parcours : "Je suis très satisfait car j'ai fait évoluer le monde du football et je pense que je continue à le faire. Mon père m'a enseigné les valeurs du Real et je me bats pour elles."

Le recrutement de Figo : "Il a été important mais il ne m'a pas fait gagner les élections. Elles ont été gagnées en donnant un coup de pied aux socios et en leur parlant de mon projet. Le club était dans une situation économique très mauvaise et j'ai sorti l'argent de ma poche pour éponger les dettes. Je les ai effacé jusqu'à l'écusson. On a recruté Figo, Zidane, Ronaldo... l'époque des Galactiques. On a payé tout ce qu'on devait payer et on a repris une vie normale."

Le football : "Je crois que le football a besoin de moi. Je pense qu'il faut du changement."

Le départ de Ramos : "Je l'ai mal vécu. J'aime Sergio comme un fils... Je l'ai fait venir en 2005. Bien entendu que je suis désolé. Mon absence à la conférence de presse ? Je n'ai jamais fait de conférence de presse. Je ne donnerais pas ma version sur sa prolongation. Nous lui avons offert un contrat, on lui a dit qu'il y avait un délai pour répondre et ça il ne l'a pas reconnu. Il pensait autre chose... Il reviendra mais dans un autre rôle. C'est chez lui ici."

Le départ de Zidane : "Je n'ai pas été surpris. C'était une possibilité et je connais Zidane. La saison a été très difficile. J'ai toujours la même affection pour lui et si ça ne tenait qu'à moi, il redeviendrait l'entraîneur du Real Madrid."

Sa lettre dans AS : "J'ai discuté toute la soirée avec lui et jamais il ne m'a dit ce qu'il a écrit dans la lettre. Je ne l'ai même pas lue honnêtement, mais on m'a dit qu'elle était mauvaise. Il ne l'a pas écrite, ça ce n'est pas Zidane et quelqu'un l'a écrite pour lui."

Sa relation avec les stars : "Ce n'est pas facile à gérer mais depuis toutes ces années, je pense que je le fais bien. Tout ce que je fais, c'est toujours en pensant aux intérêts du Real Madrid, je l'ai dit lors du départ de Raúl. Le départ de Casillas ? Il n'était pas bien le jour de son départ, je l'ai appelé et je lui ai dit qu'il fallait faire des adieux avec les trophées. Il doit s'en aller comme une légende."

Ancelotti : "Nous sommes enchantés avec lui et avec Pintus. Pochettino ? On n'a pas discuté avec lui, ni avec Conte. On s'est accordé avec Ancelotti dès le début."

La saison prochaine : "On est en train de la préparer. On a beaucoup de joueurs et nous ne pouvons en inscrire que 25."

Des recrues ? "Nous avons une grande équipe. Recruter un autre galactique ? Le Real travaille toujours pour attirer les meilleurs. Mais nous avons une grande équipe, avec beaucoup de jeunes joueurs. Carvajal est arrivé à 9 ans, Ramos à 19 ans, Varane et Marcelo à 18 ans... Il faut être patient et travailler avec les jeunes."

Mbappé : "Je ne parle pas des joueurs qui ne sont pas au Real. Je sais ce que veulent les Socios, ils veulent les meilleurs. Tout le monde connaît ma politique, que les meilleurs jouent au Real Madrid. Les équipes doivent se renouveler et nous en sommes à cette étape. Je ne veux pas parler d'autres joueurs, c'est un manque de respect. Les gens ont confiance en moi et le meilleur est à venir. Mbappé fait partie des meilleurs mais il n'est pas à Madrid."

Ramos au PSG ? "Je serais content pour lui si un club lui offrait ce que nous n'avons pas pu lui offrir. Comme avec Cristiano"

Le cas de Varane : "Je ne sais pas ce qu'il va se passer. On verra les transferts et les prolongations après l'Euro. On n'a reçu aucune offre pour lui. Il est ici depuis de nombreuses années et il s'est toujours très bien comporté. S'il veut partir, il le dira."

Marcelo : "Oui, le capitaine va continuer. Il en a gagné le droit. C'est difficile de trouver un latéral comme Marcelo. Je crois que lui et Roberto Carlos sont les deux meilleurs de l'histoire."

L'échec de la Super League : "On n'a pas échoué, du tout; On a travaillé durant deux ans, avec 12 équipes, sur un format qui puisse sauver un football qui se meurt. La Super League n'exclut personne, ce n'est pas une ligue fermée, mais tout le monde ne peut pas y être. Un Roma - Sampdoria suscite moins d'intérêt qu'un Manchester-PSG. On a regardé toutes les audiences de tous les championnats. On prend ceux qui ont le plus de fans dans le monde parce que c'est ce que demande la télévision. La Super League existe toujours et l'UEFA ne peut rien faire contre les clubs."

Articles liés