Ramos : “Il ne fallait pas mélanger le sport à la politique”

Le défenseur Sergio Ramos s'est exprimé face à presse sur l'ambiance particulière qui règne en sélection actuellement, ainsi que sur sa relation avec Gerard Piqué.

Un indépendantiste peut-il représenter l'équipe nationale ?
"Ça n'a été une semaine facile pour personne. On a mélangé la politique avec le sport et c'est ça c'est la première erreur. L'autre jour j'ai trouvé opportun de ne pas donner de conférence de presse, j'avais besoin de parler avec mon entraîneur et Piqué, j'ai préféré me tenir à l'écart. C'était une erreur de mélanger le sport à la politique. Il y a un bien collectif, qui est le football et la Coupe du monde en Russie. Ce type de décisions ne passe ni par moi ni par n'importe quelle personne de ce sport. Il y a des gens avec des responsabilités supérieures pour prendre ce genre de décisions. Nous devons nous tenir à l'écart. L'important c'est le foot et aller au Mondial. C'est une situation qui en tant qu'espagnol ne me plaît pas, pour l'image donnée par l'Espagne au niveau mondial. Nous voulons tous un pays libre, démocratique, et profiter du sport."

Quelle est votre relation avec Piqué ?
"Nous avons une très bonne relation malgré notre caractère et notre façon de penser. Nous avons le droit de ressentir ce que nous voulons tant que nous sommes dans le même bateau et que nous ramons dans la même direction."

Demander aux fans de ne pas siffler Piqué
"Les fans ne peuvent pas être invités à faire quelque chose, il y a cette liberté d'expression... Nous ne pouvons obliger personne à dire quoi que ce soit, mais il faut penser à l'équipe et à la sélection. Je leur demanderais plutôt qu'il y ait une bonne ambiance et que le public vienne voir la sélection pour prendre du plaisir. Après, chacun fait ce qu'il juge approprié."

Le message du Roi
"Je dis chapeau, plus qu'impeccable. C'était nécessaire pour tous les Espagnols."

Comment avez-vous vécu cette semaine ?
"Dès mon arrivée, j'ai su que ça allait être une semaine chargée. Je ne suis pas un porte-parole de l'Espagne, mais je suis capitaine de l'équipe nationale et j'ai un rôle qui consiste à surveiller les bonnes vibrations du groupe. Nous avons essayé d'éviter le bruit politique. Le foot est un sport pour unir et le plus important c'est de maintenir cet esprit jeune et ambitieux. Il est très difficile de jouer une compétition comme la Coupe du Monde alors il faut en profiter. Pour ce qui est des supporters, je suis content que toutes les places soient vendues, nous avons un public unique."

Ces événements vont t-il nuire au groupe ?
"Au contraire, personne ne s'est écarté malgré tout ce qui est arrivé. Les mauvaises choses servent à tirer des conclusions, à apprendre, à fortifier le groupe. Nous restons focalisé sur notre objectif, qui est de prendre les trois points et ainsi faire un pas de plus vers le Mondial en Russie. Je pense que c'est ce que tout le monde aimerait, du premier au dernier espagnol."

Articles liés