Xabi Alonso : l’élégance tire sa révérence

Passé par le Real Madrid entre 2009 et 2014, Xabi Alonso a annoncé il y a quelques jours qu'il mettrait un terme à sa carrière de footballeur à l'issue de la saison en cours.

C'est par la publication d'un message sur ses réseaux sociaux que Xabi Alonso annonçait la semaine dernière son désir de se retirer du monde footballistique à la fin de cette saison : "Je l'ai vécu. Je l'ai aimé. Adieu, jeu magnifique". Un message d'adieu à l'image de l'homme et du joueur, raffiné et élégant.

Une page du football, et plus particulièrement du football espagnol, se tourne. Symbole d'une génération incroyable pour la Roja avec entre autres des Xavi, Iniesta, Ramos ou Casillas, Xabi Alonso va donc raccrocher les crampons à 35 ans, après une carrière riche en succès, notamment avec le Real Madrid.

En 2009, le milieu de terrain rejoint les rangs madrilènes en provenance de Liverpool afin de permettre au club de retrouver un certain équilibre. Il quittera le club 5 ans plus tard avec à son actif deux Coupes du Roi, une Supercoupe d'Espagne, une Liga et la Décima. Durant ses cinq saisons à la Casa Blanca, il s'affirme comme un élément déterminant dans les schémas tactiques des différents entraîneurs avec lesquels il a l'occasion de travailler.

Dans la capitale espagnole, comme dans tous les clubs par lesquels il est passé pendant ses 17 ans au plus haut niveau, l'image d'un homme à la classe aussi grande que son talent, c'est dire quelle classe.., restera figée dans l'esprit de tous les supporters madrilènes.

Néanmoins, certains souvenirs marquent plus que d'autres. En ce qui le concerne, ceux qui resteront sont totalement paradoxaux ; cruels mais si beaux à la fois. En effet, cruels puisque lors de la demi-finale retour de Ligue des Champions face au Bayern Münich, il reçoit un carton jaune synonyme de suspension pour la finale à Lisbonne. C'est donc depuis les tribunes de l'Estadio da Luz qu'il assiste au succès de ses coéquipiers, une victoire qu'il vit si intensément, que seules les images peuvent l'expliquer :

Après l'euphorie du succès, l'élégance naturelle de l'homme qu'il est resurgit, et c'est avec cette habitude qui lui est propre qu'il célèbre personnellement l'obtention de la Décima : une photo de ses pieds prise depuis les tribunes après un match à élimination directe, le trophée à côté, évidemment.

Enfin, le dernier grand moment laissé au Real Madrid par cet immense joueur est celui de l'annonce de son départ du club lors d'une conférence de presse. Et même si celle-ci intervient suite à un accord commun avec les dirigeants, qui y voient une façon de le remercier pour les services rendus, dans le coeur des madrilènes, un pincement se fait ressentir. Un pincement identique à celui qui ressurgit aujourd'hui, à l'annonce de la révérence d'un joueur comme nous n'en voyons plus désormais.

Articles liés