Casillas : une légende en 5 dates

Ce n’est certainement pas Casillas qui dira le contraire, en 15 ans de carrière avec l’équipe première, le San est passé par toutes les émotions et a vécu des moments qui resteront à jamais gravés dans sa mémoire. Considéré par beaucoup comme le meilleur gardien du monde durant un temps, retour sur 5 dates qui ont créé la légende San Iker.

9 septembre 1999: le commencement

Iker CasillasLes premières lignes de la légende San Iker sur les terrains de foot s’écrivent le 9 septembre 1999, date à laquelle, le désormais ex portier madrilène, fait sa première apparition avec l’équipe A du Real Madrid, à seulement 18 ans. Dès lors, malgré sa jeunesse, Iker ne tardera pas à se faire une place de titulaire dans les cages madrilènes, bien que concurrencé à l’époque par Bodo Illgner.

Iker, ce héros

Iker Casillas au Real Madrid, c’est pas moins de 725 matchs disputés. Il a donc connu des matchs, des situations compliqués à négocier, ce genre de moment où être le dernier rempart ne suffit plus, ce genre de moment où toute une équipe, tout un peuple, ne compte plus que sur vous. Pour cela, rien de tel qu’un retour en image sur 5 arrêts héroïques qui ont fait de Casillas, le plus grand gardien du monde.

La blessure qui coûte cher…

Iker CasillasC’est probablement le gros tournant de la prestigieuse carrière du portier espagnol. Alors qu’il est perçu comme l’un des meilleurs gardien du monde avec ses succès lors de l’Euro 2008 et 2012 et de la Coupe du Monde 2010 en équipe nationale, son niveau en prend un coup le 23 janvier 2013 lors du quart de finale retour de Coupe du Roi face à Valence. Suite à un dégagement manqué d’Alvaro Arbeloa qui tire dans la main d’Iker Casillas, ce dernier se fracture le pouce gauche et se voit éloigner des terrains pendant plusieurs semaines. Cette mésaventure marque également l’arrivée de Diego Lopez dans les buts du Real Madrid qui sera finalement préféré au gardien légendaire du club malgré son retour de blessure. Moins sûr de lui, plus fébrile, Casillas doit alors se contenter des matchs de coupes, un quota bien trop faible pour un gardien de son envergure. Malheureusement, depuis cet événement, Iker n’est jamais parvenu à retrouver le niveau qu’on lui connaît…

Hampden Park, lieu sacré

LDC 2002Petit bond en arrière pour revenir sur l’une des dates les plus importantes de la carrière de San Iker, le 15 mai 2002. Pour se remettre dans le contexte, le spectacle se passe en Ecosse, à Hampden Park devant plus de 50000 supporters. Le Real est en passe d’obtenir la 9ème Ligue des Champions de sa carrière puisque les hommes de Vicente Del Bosque, entraîneur du club à l’époque, mènent 2 buts à 1 face au Bayer Leverkusen, grâce à un but de Raul et une superbe volée de Zidane. Alors qu’il reste 25min à jouer, le gardien titulaire, César Sanchez, se blesse et est contraint de céder sa place à Iker Casillas qui peut alors, à seulement 21 ans, remporter la 2nde Ligue des Champions de sa jeune carrière, après celle soulevée à seulement 19 ans lors du succès 3-0 face à Valence en 2000. Et si tout le monde se souvient surtout de la volée splendide de Zinedine Zidane, le héros du soir était espagnol et s’appelait Iker. Avec 4 arrêts de classe internationale après son entrée en jeu, Casillas est devenu ce soir là l’un des héros de la Novena

La Décima pour clore la légende

iker casillas decimaCe troisième titre européen marque certainement l’aboutissement de la légende San Iker au Real Madrid. Ironie du sort, c’est au Portugal, pays dans lequel il évoluera la saison prochaine, que Casillas soulève le titre le plus attendu par la Madridisme, le titre qui vient quasiment boucler son aventure formidable avec le club. Au delà de la Decima, ce trophée apparaît en quelques sortes comme une distinction personnelle pour le gardien légendaire du Real, à l’image d’un remerciement pour tous les bons et loyaux services qu’il a rendu à son club de coeur.

Le Real Madrid représente 25 ans de la vie d’Iker Casillas mais chaque moment passé dans ce club sera à jamais ancré dans sa tête, comme en témoigne cette vidéo formidable dans laquelle l’espagnol se souvient de chaque match qu’il a pu disputer sous  le maillot blanc.

Une fois encore, merci pour tout San Iker, et comme tu l’as dit, « à bientôt ».
Articles liés