Le Castilla de Solari va mal

Solari, le coach du RM Castilla
Solari, le coach du Castilla

La jeune filiale du Real Madrid reste sur deux défaites consécutives et pointe actuellement à la 12ème place du classement. Une mauvaise passe pour l’équipe de Solari, qui peut s’expliquer de plusieurs manières.

Résultats en baisse
Castilla n’est à ce jour que l’ombre de l’équipe qui a terminé championne en fin de saison dernière. Ce Castilla compte déjà 6 points de moins que celui de Zidane au même stade de la compétition il y a un an (8ème journée). Une chute liée aux deux défaites consécutives contre des rivaux de la partie haute du tableau. Il y a deux jours, les jeunes madrilènes se sont inclinés 0-1 au stade Di Stefano contre le Rayo Majadahonda, alors qu’ils avaient déjà été défaits la dernière d’avant, 1-0 à Toledo. Pire, le Castilla n’a toujours pas gagné à l’extérieur cette saison : un match nul et trois défaites.

Moins de buts
Mariano et Mayoral avaient inscrit 42 buts au total la saison dernière. Cette année, Solari n’a qu’une seule arme offensive concrète à sa disposition, le Paraguayen Sergio Diaz. Ce dernier a marqué trois buts dont un superbe lob de 40 mètres face à l’Amorebieta, mais cela n’est pas suffisant. L’équipe compte déjà six buts de moins que l’an dernier, et ce n’est pas un hasard.

Odegaard et Enzo Zidane
Le Norvégien semble démotivé par la « punition » de cette nouvelle saison en Segunda B, après son transfert a échoué à Rennes. Le Norvégien est bien loin du rendement qu’on attend de lui. Quant à Enzo, il a repris de l’importance après le départ de Ramis, mais sa plus grande contribution s’est pour le moment limitée à convertir deux pénaltys. Les bonnes choses que le fils de la légende a montré en pré-saison ne correspondent pas à ce qu’il propose en ce moment avec le Castilla.

Les transferts estivaux
Solari a perdu des éléments clés cet été, mais le club a investit ensuite 11 millions d’euros sur 2 joueurs : Sergio Diaz (Cerro Porteno) et Valverde (Penarol). Mais ce ne sont pas eux qui déçoivent à vrai dire. La vrai déception jusqu’ici reste Tena, l’ancien capitaine du Séville Atletico. Difficile pour lui de faire oublier Marcos Llorente, il est vrai. Certaines autres recrues s’intègrent tout aussi difficilement. Campuzano (Espanyol) et le Grec Nikos Vergos (U21, Olympiakos), par exemple. Le premier n’a débuté que lors de la dernière journée tandis que le second n’a disputé que 19 petites minutes cette saison…

Articles liés