Dossier : Les médias sportifs espagnols

portadas

On les lit, les relaye, les critique parfois.. Mais qui sont-ils vraiment ? La presse écrite et dématérialisée espagnole est riche et variée. Real France vous propose un large focus, média par média, sur ceux qui font l’information footballistique en Espagne.

Marca

C’est le quotidien numéro 1 en Espagne. Dépassant les informatifs « El País » et « El Mundo » avec plus de 400 000 tirages journaliers, c’est la véritable référence sportive du pays. Multi-fonctionnel, Marca a développé sa radio en 2001, une chaîne télé en 2010 ainsi qu’une cérémonie de remise de trophées aux meilleurs joueurs de chaque saison, ce qui le rend encore plus visible et présent dans le monde du sport. Très sérieux, Marca est une source d’informations très fiable sur tous les sports et notamment le football qui occupe une place très importante au sein de ses éditions papier et internet. En bon média, il est également source de rumeurs qui sont, elles, parfois moins précises et plus « journalistiquement » vendeuses.

Au même titre que son concurrent AS, Marca a la réputation d’être un média pro-madrilène. Et s’il s’en défend, certains faits sont là pour le rappeler. En effet, au mois de mai dernier, Santiago Segurola fut mis à la porte par la direction pour des propos pour le moins critiques envers le club de la Maison Blanche. Malgré son inclinaison pour le club de la capitale, le quotidien ne manque pas d’être nationaliste avant tout et se réjouit des performances de l’ensemble des clubs de Liga. Jouissant d’excellentes relations avec Florentino Perez, Marca bénéficie d’informations exclusives et d’interviews ponctuelles régulières avec les Madrilènes, et représente donc la meilleure source d’infos pour tout supporter merengue. Une source pas chère, puisqu’elle coûte un euro en version papier.

AS

Place au concurrent principal du précédent cité. Second quotidien sportif le plus vendu du pays derrière le géant Marca, AS représente une source d’information sûre pour les socios madrilènes. Or, depuis l’imbroglio Mourinho-Casillas et les informations révélées par le média mettant à mal l’ambiance à Madrid, le club a décidé de ne plus communiquer directement avec AS comme c’était le cas auparavant. D’ailleurs, Florentino Pérez en personne a eu déclarations acerbes à l’encontre du quotidien. Pourtant, le journal continue à informer et à y consacrer ses Unes, ainsi que ses principales informations sur les joueurs de Zidane. En effet, AS reste un journal très centré sur l’information madrilène et possède dans ses rangs de fervents supporters du club comme Tomas Roncero, clair « madridiste » et anti-catalan prononcé. Roncero, tellement madridiste, que le 15 janvier 2015 il apparaît en pleine séance de spiritisme, dans ce qui deviendra une Une mythique de AS. Pourquoi ? Pour invoquer l’esprit de Juanito. Ce jour-là, le Real avait besoin d’une remontada…

Defensa Central

Très madridiste, très anti-Barça, très actif, voilà comment résumer Defensa Central. Mis en ligne en 2010, le site est devenu une référence de l’actualité madrilène. Sur Facebook, leur page atteint les cinq millions de likes. C’est plus que Marca, le FC Séville, Norman fait des vidéos, et Ángel Di María par exemple.

Ce qui fait que Defensa Central est davantage qu’un site d’information, c’est la Peña en ligne qu’il a créée. C’est une sorte de mini réseau social propre à la page. Dans les grandes lignes, DC ressemble à Real-France, aux différences près que le flux d’information est diffusé à toute heure du jour et de la nuit, et que leur site ne parle jamais en mal du club. Il est rarissime de voir une publication critique à l’égard d’un joueur ou de l’institution. Tout va toujours très bien.

Bernabéu Digital

Né au printemps 2012, en pleine crise économique, une armée de jeunes professionnels des médias (rédacteurs, photographes, graphistes, informaticiens) lance Bernabéu Digital. S’appuyant sur les nouvelles technologies, le site se donne pour mission de fournir toute l’information concernant le Real Madrid, et cela sous une nouvelle forme. Car Bernabéu Digital fait ce que personne n’avait encore fait : produire un magazine du Real. Plusieurs fois par semaine, le site publie une Une produite par ses soins, comme le font les autres journaux du pays. Ensuite, c’est une déferlante d’articles très courts qui est publiée durant la journée, à la manière d’un site traditionnel.

La production du site est immense. Parmi la centaine de brèves quotidiennes, une partie ne concerne pas le Real Madrid. Bernabéu Digital a des accords avec d’autres sites, ce qui entraîne un échange de contenus, chacun produisant des articles pour l’autre. Parfois, Bernabéu Digital sort sous la forme d’un magazine complet.

El Confidencial 

El Confidencial est un journal digital spécialisé en économie, finance et politique. Cela se ressent dans sa section sportive. Les articles sont longs, complets, et produits à petite dose. À propos du Real Madrid, il n’est pas rare que le journal enquête à propos de la gestion de Florentino Pérez. Implication dans la Coupe du Monde au Qatar, négociations extra-sportives dans le carré VIP du Bernabéu, corruption. Florentino par-ci, par là, partout. Le président en prend sévèrement pour son grade à coups d’articles au design épuré.

Contrairement à Marca ou d’autres, le Real ne doit pas être en bons termes avec ce média. En revanche, c’est un des rares canaux d’information qui jouit d’une liberté d’expression totale, en ceci qu’il n’est pas influencé par les dirigeants du club.

Sport & Mundo Deportivo

Ha ces médias catalans ! Quand « journalisme de profession » rime avec « hypocrisie et obsession », ceux-là ne sont jamais très loin… Sport, existe depuis 1979 alors que Mundo Deportivo est beaucoup plus ancien puisqu’il est distribué en Espagne sous sa version papier depuis… 1906 !  Ces deux médias ont leur rédaction basées à Barcelone et couvrent spécialement l’actualité sportive du FC Barcelone (évidemment) et de l’Espanyol Barcelone. Mais pas que…

Contrairement à la France où les références en matières d’actualité sportive (L’Equipe, France Football par exemple) sont impartiales (où s’annoncent comme telles en tout cas), Sport et MD, à l’image d’AS et Marca, sont ouvertement supporters des clubs de leur région, et produisent leur contenu sur ce principe. Mais chez les journalistes catalans, cela occasionne parfois quelques débordements ridicules. Sport, par exemple, n’hésite pas a faire sa Une sur une défaite du Real Madrid, voire même balancer de fausses rumeurs pour tenter de déstabiliser le club rival. Un journalisme aux deux visages qui tourne même parfois à l’obsession et à une haine à peine masquée. Quand Cristiano est dans une mauvaise passe, c’est un sujet en or pour Mundo Deportivo. À l’inverse, une victoire finale en Ligue des Champions de la Casa Blanca sera a peine évoquée, dans un petit encart en page 3.

Autant dire que Sport et MD sont loin d’être les amis du Real Madrid. Une raison solide pour se méfier de toutes les informations liées au Real qui émanent de ces sources.

Articles liés