Florentino Perez s’active pour le financement du Bernabeu

Florentino Perez
Photo Jean-Sebastien Evrard / AFP

Jamie Dimon, numéro 1 de la banque américaine JP Morgan, a rendu visite à Florentino Perez, président du Real Madrid et de l’entreprise de construction ACS. L’entreprise de Perez et la banque entretiennent de très bonnes relations économiques.

Florentino Perez cherche des sources de financement pour la rénovation du Santiago Bernabeu. À cette fin, il s’est réuni cet été avec Jamie Dimon, conseiller délégué de JP Morgan depuis 2005. Lors de cette réunion, les deux hommes ont discuté de la situation économique et financière de l’Espagne, pays dans lequel la banque américaine est cotée en bourse et a investi dans divers secteurs, dont l’énergie photovoltaïque.

Cependant, c’est avec ACS (l’entreprise de construction de Florentino Perez) que JP Morgan a gagné le plus d’argent grâce à diverses opérations financières très fructueuses. Ces dernières ont resserré les liens entre Perez et Dimon, à l’heure où le premier cherche à financier les travaux de rénovation du Santiago Bernabeu. En dépit du fait qu’elle a refusé de commenter ces informations, la banque s’est proposée pour accorder un prêt qui servira à financier lesdits travaux.

Le club madrilène ne s’est pas encore décanté sur l’entité qui financera les rénovations qui ont été approuvés lors de la dernière Assemblée des socios. Toutefois, des sources proches du club affirment que Perez préfère conclure l’opération avec une banque internationale, comme l’a fait le FC Barcelone avec Goldman Sachs. Ce choix ne s’expliquerait pas dans le manque de confiance de Perez envers les banques espagnoles mais plutôt dans l’intention de n’en froisser aucune. Il sait que s’il choisit la banque Santander, cela provoquera des tensions avec la CaixaBank avec laquelle le Real Madrid a conclu un partenariat la saison dernière.

De plus, le Real Madrid cherche à se développer toujours plus à l’international et offre de sérieuses garanties financières principalement au travers des contrats de droits TV, de la billetterie ou des recettes marketing. Les banques internationales sont donc plus enclines à envisager un financement.

JP Morgan n’est pas un néophyte dans le financement d’enceintes sportives. En effet, elle a déjà financé le stade des Rams de la NFL américaine et l’année prochaine, la salle des Golden State Warriors, doubles champions NBA en titre, portera son nom.

Articles liés