Vazquez : « Certaines rumeurs nous font rire dans le vestiaire »

Vazquez
AFP – PHOTO JAVIER SORIANO

À l’issue de la première victoire à domicile depuis le retour de Zidane, hier face à Villarreal, Lucas Vazquez s’est exprimé aux micros de RealmadridTV.

Les notes du match
La conférence de Zidane

Analyse : « Après le match de Vallecas, où l’équipe n’avait pas bien joué, nous voulions montrer autre chose devant notre public avec un bon match et, pendant la majeure partie de la rencontre, nous avons réussi. »

L’image de Vallecas : « Nous n’aimons pas donner cette image, nous sommes ceux qui en ont le plus souffert, alors aujourd’hui on voulait montrer une autre image, être dans le match dès le début et je pense que nous l’avons bien fait. »

Son avenir : « Je ne sais pas ce qui va se passer. J’ai un contrat, je suis Madridista et on verra. »

Fin de saison : « Il nous reste deux matchs et nous voulons terminer le plus haut possible. Même s’il est difficile de finir deuxième, nous allons tout donner de notre côté. »

Transferts et départs : « Ces derniers mois, ça parle beaucoup de qui va partir ou rester… Nous, depuis l’intérieur du vestiaire on voit tout et souvent on en rit. On verra bien ce qui va se passer. »

Brahim : « C’est un joueur différent, avec une habilité spectaculaire des deux pieds et il doit continuer à grandir, il n’a encore que 19 ans. »

Casillas : « C’était compliqué parce que le jour où c’est arrivé c’était en fin de journée, juste avant que nous nous entraînions, et on est resté un peu sous le choc. J’en profite pour lui envoyer toute mon affection. »

Bale : « Il faut poser la question à l’entraîneur. Nous avons découvert la liste et nous avons juste vu que Bale n’y figurait pas. Il faut respecter les décisions du Mister. »

La saison : « Evidemment on ne peut pas être satisfait de la façon dont s’est déroulée la saison, mais si vous vous l’analysez plus en profondeur, je pense que nous avons aurions eu besoin d’être un peu plus chanceux lors des moments clés, peut-être nous a-t-il manqué ce petit brin de chance comme les années d’avant. »

Articles liés