Benitez : “Je vois l’avenir avec Sergio”

BenitezBenitez a livré à Melbourne sa première conférence de presse d’avant-match en tant qu’entraineur du Real Madrid. Demain à 11h, les Merengue affrontent la Roma dans le cadre de l’International Champions Cup pour leur premier match de la pré-saison.

Relation avec le groupe : « Il y a un très bon feeling avec l'équipe ces derniers jours. C’est un groupe très professionnel, ils sont très concentrés, ils travaillent bien, ils font ce que vous leur demandez et le font avec intensité. C’est difficile de trouver de meilleurs footballeurs que ceux-là. Je n’ai rien à redire. »

Sergio Ramos : « Sergio s’entraîne de façon sensationnelle, on m’avait prévenu que c’était un grand professionnel, mais ce fut une grande satisfaction de voir comment il s’implique et travaille chaque jour. Je pense que le président l’a dit, publiquement je ne sais pas, ou si vous l’avez lu quelque part,  que Ramos allait rester et qu’il serait ici avec nous. Si c’est ainsi, je serai le plus heureux des hommes, parce que c’est un grand professionnel, un grand joueur et avec l'implication et la motivation que j’observe chez lui, je pense qu'il peut être un grand capitaine. »


« L'avenir, je le vois avec Sergio. C’est un joueur fondamental sur le terrain comme dans le vestiaire. »


« Je lui ai parlé pendant l'été et quand nous nous entraînions à Madrid au sujet de son avenir, de ses idées et des nôtres et nous n’en avons pas reparlé. Ma préoccupation est qu’il s’entraine bien et c’est ce qu’il fait. L’avenir, je le vois avec Sergio, car c’est un joueur fondamental pour ses capacités et sa qualité sur le terrain, et aussi pour sa mentalité et son leadership dans le vestiaire. »

De Gea : « Ce n’est pas un de nos joueurs, mais celui d’une autre équipe et je ne dois donc pas en parler. Les gardiens de but que nous avons actuellement sont d'une excellente qualité et nous voulons travailler avec eux pour qu’ils s’améliorent jour après jour si c’est possible. »

Dilemme des gardiens : « Ca ne me préoccupe pas. Je sais que le but mesure 7 mètres 32 sur 2 mètres 44 et ça ça ne change pas. Celui qui est mis là sait quel est son job. J’ai parlé à Keylor et il sait qu’à cet instant c’est le gardien qui est devant pour sa qualité et son expérience. Si un autre gardien de but arrive, parfait, nous travaillerons avec lui. Je suis optimiste et tranquille à ce sujet. Nous avons de bons gardiens de but, mais si nous pouvons nous améliorer en ayant plus de concurrence à ce poste ce sera quelque chose de positif pour l’équipe. »

Casillas : « Sur Iker je tiens à préciser qu'il était le premier joueur que j’ai appelé. C’est avec lui que j’ai le plus parlé à mon arrivée, par téléphone et en face à face. Je me suis assis avec lui et il m'a parlé de son idée de partir si se proposait une bonne équipe. Elle est arrivée et j’étais au courant de toutes les négociations. »


« Je déteste voir que le Madridisme est divisé autour d'un débat qui doit se terminer. »


« Je lui souhaite bonne chance parce que c’est une légende du Real Madrid, mais je déteste voir que le Madridisme est divisé autour d'un débat qui doit se terminer. Nous devons penser du club et ma responsabilité en tant que coach est de faire que le Madridisme soutienne l'équipe et celui qui joue à la place d’Iker pour que nous puissions gagner beaucoup de matches et soulever beaucoup de titres. »

Recrues : « Le club garde toujours un oeil sur le marché, mais ce n’est pas facile de trouver de meilleurs joueurs que ceux que nous avons déjà. Bien sûr, j’aimerais avoir beaucoup de bons joueurs mais ils ne sont pas facile à trouver, et encore moins à recruter. Autrefois c’était plus facile car il y avait moins d'équipes avec autant de puissance économique. Maintenant, il y a beaucoup de concurrence sur le marché et de très bons salaires versés aux joueurs. »

Les jeunes : "Au-delà du marché, nous devons nous pencher sur ce que nous avons déjà à la maison. Nous possédons une grande partie des meilleurs jeunes joueurs au niveau européen. Hier Mayoral et Asensio ont joué un rôle important dans la victoire de leur sélection en U19. Ici en Australie, nous avons Lazo et Llorente, ainsi que Lucas Vazquez qui est revenu au club. En tant qu’entraîneur, je dois concilier les objectifs du club : Gagner les matchs et remporter des titres, tout en donnant aux jeunes la possibilité de jouer en équipe première. Je me souviens que quand j’étais au club avant, il y avait dans l’effectif 14 Canteranos dont 7-8 étaient titulaires. »

Odegaard : « Il m’a vraiment plu, il s’entraine bien et possède de très bonnes capacités : habilité, vitesse, endurance, concentration... À l'avenir, nous devrons évaluer ce qui est le mieux pour lui, s’il doit rester avec nous ou aller dans une autre équipe pour avoir du temps de jeu. C’est un peu tôt pour prendre cette décision, mais l'impression qu’il me donne est très bonne. »

Tests en pré-saison : « C’est à ça que sert cette période de l’année. À essayer d'apprendre à connaître les joueurs. Nous allons tester différents joueurs à différents postes et dans différents systèmes. Je n’aime pas parler d’un système type. Ce qui fait vraiment la différence, c’est ce que font les joueurs sur le terrain. Et pour le moment j’ai trouvé un groupe motivé et très impliqué qui tente d'assimiler de nouvelles idées aussi vite que possible. »

Cristiano, le meilleur joueur du monde ? « C’est comme si je demandais à ma fille de choisir entre son père et sa mère. C’est difficile à dire. Ronaldo, Bale, Isco, James ou Benzema sont tous des joueurs de très haut niveau. J’ai un problème avec le fait d’avoir à choisir entre eux, mais c’est un problème qui me plait. J’ai voulu recruter Ronaldo à Valence à l’époque il jouait au Sporting Lisbonne, mais nous n’avons pas pu rivaliser avec l'offre de Manchester United. En Angleterre, nous avons souffert avec Liverpool face au joueur décisif qu’il était. Désormais, c’est un joueur beaucoup plus mature, complet et expérimenté. Dire qu’il est l'un des meilleurs du monde, je pense que c’est suffisant. »

Articles liés