Carvajal : “Pour le moment Danilo joue, mais la saison est longue”

Dani Carvajal est confronté au défi difficile cette saison de devoir gagner du temps de jeu au Real Madrid après l'arrivée de Danilo. Le madrilène a donné une interview pour le journal « El Mundo ».

carvajalL'importance de l'humilité dans sa vie

« Je me considère comme quelqu’un de humble, je sais que je viens de Leganes et j’y ai toujours tous mes amis. Je dois aussi être près de ma famille. Le simple fait d’aller manger un hamburger avec mes amis me rend heureux. »

Son premier achat avec son salaire du footballeur

« J'ai acheté un 4x4 pour me rendre à l’entrainement, puis j'ai acheté une maison pour mes parents et une pour ma sœur. Lorsque Madrid a décidé de me faire revenir, j’ai vécu un an avec mes parents dans mon quartier de toujours, avec mon entourage. L’an passé j’ai pris mon indépendance, mais je suis toujours à 15 minutes de ma maison et quand je reste trois jours sans voir mes parents, ils viennent me rendre visite ou c’est moi qui y vais. Les amis et la famille m’aident à garder les pieds sur terre. »

Grandeur du Real Madrid

« De l'extérieur, il est impossible d'imaginer à quel point ce club est immense. Cet été, je suis allé avec ma copine en Thaïlande et il y a des gens qui m’ont reconnu. Et je ne suis ni Cristiano, ni Sergio ! »

Objectifs de la saison

« J’aborde cette saison comme un défi. La concurrence est une bonne chose. C’est ma première année de gros défis. Quand je suis arrivé à Madrid il y avait Arbeloa et en deux ou trois mois, je me suis fortifié. Cette année sera passionnante. En sélection j’essayerai de rendre les choses difficiles à Del Bosque, et pareil pour Danilo. Il a commencé en jouant les deux premiers matchs de championnat, mais la saison est longue. Je ne renonce jamais, c’est ma façon d’être, je ne lâche rien. »

Goût pour les défis

« Ce sont les obstacles que t’impose la vie, je préfère avoir une vie avec des obstacles plutôt que sans. Je ne suis pas conformiste. J’aime la difficulté, apprendre à connaître mes limites. Quiconque me connaît sait que dans les moments difficiles je fais toujours face et que je ne me cache pas. »

Ce qu’il a appris de Casillas et Ramos

« Ils ont toujours été très proches de moi et m’ont toujours aidé. C’est quelque chose de très précieux. »

Articles liés