Danilo : “Si on me siffle c’est que j’ai encore de quoi m’améliorer”

Comme beaucoup d'autres Madrilènes avant lui cette saison, Danilo a été invité dans l'émission "Campo de Estrellas" ce jeudi sur Real Madrid TV.

Danilo
Photo Giuseppe Maffia / NurPhoto / AFP

Un rêve accompli
"Tous mes souvenirs de football sont liés au Real Madrid. Il y a beaucoup de Brésiliens qui sont passés par ici. Au Brésil, le Real Madrid rime avec maison. Quand je suis arrivé ici j'ai réalisé un rêve car c'était l'équipe dans laquelle j'avais toujours rêvé de jouer."

L'intérêt de Barcelone
"Je n'ai pas eu à choisir car quand on m'a dit que Madrid me voulait je n'ai pensé à rien d'autre. Une personne qui a joué un rôle très important dans mon transfert, c'est Casemiro. C'est un ami de longue date, il m'a beaucoup conseillé. Je dois rendre grâce à Dieu pour pouvoir profiter de ces moments et être dans une équipe comme le Real Madrid."

Visite du Tour Bernabéu en 2013
"En 2013, je jouais avec Porto, et je suis venu rendre visite à Marcelo. Comme je ne connaissais pas bien Madrid, nous sommes allés au Tour Bernabéu avec ma femme. Lorsque vous arrivez au sommet du stade et que vous regardez vers le bas, c'est incroyable... Et quand je suis entré sur la pelouse, je me suis dit qu'un jour je pourrai jouer ici."

La sincérité de Zidane
"Zidane est quelqu'un de très sincère, pourtant c'est quelque chose de difficile pour un entraîneur."

Concurrence
"Je n'ai jamais eu le moindre problème avec Carvajal. On a beaucoup parlé des joueurs contre lesquels on devait défendre."

Son niveau
"Pour beaucoup de raisons différentes on n'a pas pu encore voir ma meilleure version, mais je travaille pour ça. Quand je joue je tente de donner le maximum. Si on me siffle c'est que j'ai encore les capacités pour m'améliorer."

But contre son camp en Copa del Rey
"C'étaient des moments difficiles car en plus du CSC nous nous sommes fait éliminer. Quand ces choses arrivent, vous avez deux solutions : rester chez vous, ou retourner travailler pour progresser. Moi j'ai toujours opté pour la deuxième solution."

Articles liés