Kubo : “J’aurai une place au Real Madrid”

kubo
Photo Pressinphoto / Icon Sport

Le jeune Takefusa Kubo, joueur du Real Madrid actuellement prêté à Majorque, a accordé une longue interview à AS. Extraits.

Aujourd'hui aurait dû se jouer le match Real - Majorque, ce qui aurait été son premier match à Bernabéu...

La vérité est que je voulais vraiment le jouer. Tous les matchs sont importants pour moi, mais celui-ci était très spécial.

Quels sentiments le Bernabéu éveille-t-il en vous ?

Je n'y ai pas encore joué, mais j'ai vraiment hâte d'y être. Commencer à s'échauffer, lever les yeux et voir 85 000 personnes doit être très motivant. Vous ne pouvez pas mal jouer là-bas, c'est impossible.

Vous avez hâte de jouer à nouveau ?

Pour l'instant, j'ai juste envie que ça se calme le plus rapidement possible. La santé est la chose la plus importante qui soit.

Comment vivez-vous le confinement ?

Pas très bien car moi, comme tous les joueurs, je vis pour le football, qui est notre grande passion. Mais le club nous donne du travail à faire à la maison et cela nous garde en forme et nous divertit.

Revenons un an en arrière. Quand avez-vous su que Madrid était du sérieux pour vous ?

Nous savions qu'il y avait des intérêts de différents des clubs, mais ma famille, mes agents et moi ne voulions rien savoir avant l'âge de la majorité car j'avais déjà eu la sanction. Quand j'ai eu 18 ans, le 4 juin, le Real Madrid a dit qu'ils voulaient venir au Japon, ils m'ont rendu visite tout de suite et ça a été un détail important.

Quels facteurs ont fait pencher la balance en faveur de Madrid ?

Tout d'abord, le plan sportif pour l'avenir qu'ils avaient conçu pour moi. C'était très excitant, c'était super. Ensuite, le fait de venir au Japon pour me le montrer et me l'expliquer en face à face. Cela en disait long qu'un club aussi grand que ça s'intéresse autant à moi.

Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez rencontré Florentino Pérez ?

Cela m'a impressionné, mais vous vous rendez compte qu'à Madrid, ils vous traitent immédiatement comme si vous faisiez partie de la famille.

Enfant, il a joué pour Barcelone. Vous sentez-vous comme un joueur du Real Madrid maintenant ?

La première chose que je dois dire, c'est que je suis très reconnaissant envers Barcelone, ainsi que le FC Tokio, qui m'a accueilli après la sanction, et aussi Yokohama Marinos, là où j'ai été transféré une demi-saison, et maintenant Majorque. À tous les joueurs, à tous les entraîneurs et à toutes les personnes qui m'ont élevé et aidé à devenir qui je suis. Quand j'ai eu l'âge légal, j'avais la grande possibilité de choisir une équipe et j'ai choisi le Real Madrid à cause de cet intérêt pour moi. Je leur en suis très reconnaissant. Et maintenant je suis très Madridista.

Messi était son modèle. Avez-vous eu des contacts avec lui ?

Je ne le connais pas en personne, mais il est une référence pour de nombreux jeunes qui veulent devenir footballeurs, et aussi pour des joueurs déjà formés. Quand j'étais petit, je regardais ses vidéos. C'est un grand joueur de football. C'est une référence pour moi et pour de nombreux gauchers qui ne sont pas très grands et dont les principales caractéristiques sont le dribble et la bonne conduite de balle. Messi est le sommet de tout cela.

Quels sont vos souvenirs de la pré-saison avec Madrid ?

Au début, j'étais un peu nerveux à l'idée d'avoir à mes côtés des joueurs de renommée mondiale. Mais je me suis adapté petit à petit, tout le monde m'a bien accueilli et j'ai pu apprendre beaucoup d'eux.

Son irruption a été la surprise de la tournée. Qu'est-ce que vos coéquipiers Zidane vous ont dit ?

Beaucoup de gens m'ont aidé à m'adapter et à tirer le meilleur de moi-même le plus rapidement possible. Tous les coéquipiers m'ont bien traité. Le staff d'entraîneurs aussi et surtout Zidane. Pas seulement avec moi : c'est un coach attentif aux détails. Il me demandait beaucoup de choses.

Pensez-vous que vous aurez une place à Madrid ?

Tout dépend de moi et j'aurai une place au Real Madrid. En ce moment, je suis à Majorque pour donner le meilleur de moi-même et pour démontrer que je peux être à Madrid et que je peux être compétitif.

Vous vous sentez prêt pour ce moment ?

Il est clair qu'un club comme Madrid n'est pas comme les autres. Ce sont tous des joueurs de haut niveau et il est très difficile de gagner sa place là-bas, mais je continuerai à travailler et à attendre une opportunité. Quand je l'aurai, je ne la gaspillerai pas.

Avez-vous décidé ce que vous alliez faire l'année prochaine ?

Pas encore, non. Je ne sais pas si cela va reprendre et il reste 11 matchs, des mois pour décider. Ma préférence est claire : pouvoir jouer au Bernabéu avec le maillot madrilène. C'est pour cela que j'apprends actuellement.

Quel est ton rêve?

Être un grand footballeur et pouvoir faire de grandes choses avec le Real Madrid. Et aussi avec le Japon.

Quel message enverriez-vous au Real Madrid ?

Tout d'abord, j'envoie beaucoup d'encouragements à toutes les familles touchées par le coronavirus dans ces tristes moments. Et aux fans du Real Madrid, je dirais que j'attends avec impatience le moment de pouvoir jouer pour la première fois au Bernabéu, bien que mon véritable rêve soit de le faire habillé de blanc et que je ferai mon maximum pour y parvenir.

Articles liés