Mendilibar : “Même Ramos pensait qu’il y avait pénalty”

José Luis Mendilibar, l'entraîneur d'Eibar, s'est présenté en conférence de presse après le match face au Real Madrid à Ipurua (1-3).

Analyse : "Si on se fie au résultat on peut croire qu'ils ont gagné facilement, mais ce n'est pas le cas. C'est vrai que leurs 20 premières minutes ont été très bonnes. Ils nous en ont mis deux et auraient pu en marquer deux autres. Mais peu à peu, nous avons changé la dynamique du match, nous avons bien fini la première mi-temps et dans la deuxième mi-temps nous avons bien joué aussi. Ils ont gagné, nous avions des occasions pour faire match nul et nous n'en avons pas profité."

La main de Sergio Ramos : "Ça touche sa main et ça me semblait être penalty. Ramos pensait aussi qu'il y avait penalty parce qu'il en avait parlé avec d'autres joueurs. J'aimerais que vous disiez ce que vous pensez. D'autres fois, ils passent généralement deux ou trois minutes à regarder toutes les caméras. Aujourd'hui, ils se sont décidés en 20 secondes et l'arbitre n'est même pas allé le voir. Je ne sais pas ce qu'ils lui ont dit depuis la VAR. Ont-t-ils vu si clairement qu'il n'y avait pas pénalty ? Ce sont des choses qui arrivent avec les mains. Personne ne sait exactement lesquelles sont des pénaltys et lesquelles ne le sont pas. Même pour les arbitres ce n'est pas clair."

Satisfait du rôle d'Eibar : "Ils étaient bien supérieurs à nous au début. J'ai même pensé faire quelques changements pour qu'ils ne nous mettent pas une goleada. Aujourd'hui, nous avons vu que les joueurs croient en ce que nous leur demandons. Nous avons maintenu la pression et les sensations étaient meilleures quand nous avons commencé à leur voler des ballons dans le camp adverse. Nous avons fait un grand match contre un très bon Madrid et nous en sommes heureux."

Une amélioration considérable : "Au cours du dernier mois, nous avons fait les choses assez bien. C'est difficile pour nous de gagner, mais nous sommes compétitifs à chaque match. Nous avons commencé le championnat un peu juste, il nous a été difficile de faire ce que nous voulions et petit à petit nous allons en faire plus. Aujourd'hui en est un exemple. Ce n'est pas que nous ayons mal commencé le match, c'est que l'adversaire était très bon et malgré cela nous n'avons pas abandonné. Nous avons très bien terminé le match et je suis heureux parce que les joueurs y croient."

Articles liés