Míchel : “Je n’ai pas de lobby pour entraîner le Real Madrid”

Míchel, le nouvel entraîneur de Getafe, était sur le plateau de l’émission de radio El Larguero ce mercredi soir.

Le technicien a parlé de son retour à Getafe : "L'été dernier, lorsque Bordalás semblait vouloir partir, ils ont contacté mon agent. Au cours de l'année, il y a eu des options avec d'autres équipes. Ángel Torres s'est tourné vers moi. C'est un endroit confortable pour les entraîneurs. L'équipe a grandi et on ne dirait pas que dix ans se sont écoulés…"

"En janvier, j'étais sur le point d'aller dans une équipe qui avait trouvé un accord avec moi, mais qui ne l'a pas respecté. Une équipe de première division qui s'attendait à ce que son entraîneur démissionne, mais qui ne l'a pas fait et ils ont préféré s'en accommoder", a-t-il ajouté.

Dans l'interview, l’Espagnol évoque également le Real Madrid. "La personne qui manie les lobbys ne m'apprécie pas. Mon nom a été sur la table pendant un certain temps, mais…. C'est quand ils ont été chercher Lopetegui en équipe nationale qu'il ne restait presque plus que moi. Je n'ai pas de lobby pour atteindre certaines personnes. Beaucoup d’entraîneurs sont passés au Real mais je n'ai jamais eu cette option", a-t-il déclaré.

Il poursuit : "Si ça me fait mal de ne pas avoir entraîné le Real ? Non, ce que j'ai, c'est de l'affection. Si je ressentais de la douleur, j'aurais du ressentiment. Dans les autres clubs, quand mon nom était mentionné, c'était vrai, sauf au Real Madrid. Personne ne parlait de moi. Ce n'est pas de la douleur. Il faut l'accepter".

"Tu dois être à la croisée des chemins et je ne le suis pas. Mon agent n'est pas l'ami de quelqu'un. Je n'ai pas d'influence sur les personnes qui prennent ces décisions. Et ce n'est pas Florentino qui prend ces décisions, car je m'entends très bien avec lui. C'est impossible pour moi d'entraîner le Real Madrid et je ne le dis pas avec rancoeur. Je suis heureux d'entraîner Getafe, c'est le même défi que pour Ancelotti au Real Madrid", a ajouté Michel.

Enfin, Míchel a parlé de la lettre d’adieu de Zidane. "Il aurait pu publier cette lettre sur ses réseaux sociaux et non dans les médias. Tout ce qu'il dit me semble juste. C'est difficile de se mettre à sa place parce que quand vous êtes un entraîneur, même si vous êtes celui du Real Madrid, vous êtes souvent seul", a-t-il conclu.

Articles liés