Mourinho : “En 2012, le Real était la meilleure équipe d’Espagne et d’Europe”

mourinho
Photo Lof / Icon Sport

José Mourinho a accordé une interview au média Marca. Le Special One revient longuement sur son étape au Real Madrid. Extraits.

Comment vivez-vous cette crise du coronavirus à Londres ?

Eh bien, la vérité est que ces jours-ci, je regarde même plus de football à la maison qu'avant, pour analyser et apprendre d'autres équipes et entraîneurs. Le football me manque, notre monde me manque, bien sûr, mais nous devons être patients et prudents. C'est un combat qui nous concerne tous et nous devons tous y contribuer.

Quel est votre point de vue sur la reprise des compétitions ?

Si nous jouons les neuf matchs de championnat restants, ce sera bon pour chacun de nous, bon pour le football et bon pour la Premier League. Ce sera un bon signe.

Même si c'est à huis clos, sans public en tribunes ?

J'aime penser que le football n'est jamais à huis clos car les caméras de télévision seront là, et donc il y aura des millions de personnes qui le regarderont. Si un jour nous entrons dans un stade vide pour jouer un match, en réalité il ne sera jamais vraiment complètement vide.

Parlons maintenant de votre temps au Real Madrid. Cela fait huit ans depuis le jour où vous avez remporté la Liga. Cela s'est produit pendant la saison 2011/12 et ce fut une étape importante parce que vous avez battu le record de points et de buts en Espagne. Considérez-vous que c'est le point culminant de votre carrière d'entraîneur ?

Il m'est très difficile de dire si c'était le point culminant ou non. Mais bien sûr, ce fut un moment très important car il s'est produit dans une période spéciale de domination du FC Barcelone. Mettre fin à cette domination de Barcelone et le faire en obtenant également un record de points et un record de buts comme ça l'a rendu encore plus intéressant et plus important, car nous l'avons fait de la meilleure façon possible. Ce n'est pas seulement que nous avons gagné la Liga, c'est que nous l'avons fait d'une manière qui a marqué l'histoire.

Cependant, ils étaient très déçus de ne pas avoir pu aller au bout en Champions League, à cause d'une séance de tirs au but contre le Bayern en demi-finale.

C'est comme ça. Cette saison-là, Madrid était la meilleure équipe d'Espagne et aussi la meilleure d'Europe. C'est pourquoi il nous a été si difficile d'encaisser l'élimination contre le Bayern. Malheureusement, c'est aussi ça le football. Cristiano, Kaká, Sergio Ramos... Ce sont trois monstres de football, cela ne fait aucun doute, mais ils sont aussi humains. Cette nuit est la seule fois de toute ma carrière d'entraîneur que j'ai pleuré après une défaite. Je m'en souviens bien... Aitor Karanka et moi nous étions devant ma maison, dans ma voiture, à pleurer. C'était très dur car cette saison 2011/12, nous étions les meilleurs.

En Espagne, ils ont affronté le meilleur Barcelone de toute leur histoire, avec Messi, Xavi et Iniesta sur le terrain et avec Pep Guardiola sur le banc, quelle était la clé de ce titre ?

Je pense qu'il était essentiel que nous puissions trouver un moyen de jouer dans lequel nous étions les meilleurs. Nous nous sommes construit une identité de jeu très adaptée aux conditions et à la qualité des joueurs. Bien sûr, l'énorme talent de tous ces grands footballeurs et la compréhension entre eux à chaque match étaient également essentiels, cela me semble le plus important. Ils étaient tous très unis, liés par une grande ambition de devenir champions.

On a souvent dit de cette équipe que c'était un bloc solide et sans failles.

Oui, la somme d'un groupe de football de grande qualité, au maximum de leur motivation, ne pouvait que conduire à une grande équipe. Et nous en étions une.

Le Clásico qu'ils ont joué au Camp Nou lors de la 26e journée, lorsqu'ils ont battu Barcelone (1-2), a fini par décider de cette Liga. Quels souvenirs gardez-vous de ce match ?

Ce sont de bons souvenirs. Nous avons joué contre le Barça à la recherche de deux résultats, car la victoire nous a servi mais aussi le nul. Nous nous sommes bien préparés pour ce match du Camp Nou. Je répétais constamment à mes joueurs : "Nous allons gagner ce match, nous allons le gagner. L'émotion et surtout la pression qu'ils ont, ils jouent à domicile, et nous allons les 'tuer' dans une transition. Quand ils ont égalisé c'est ce qui s'est passé, au final l'émotion s'est perdue au profit de la raison.

On disait que ce Real Madrid était 'rock and roll' en raison de son rythme de jeu très élevé et de certains contres mortels pour ses rivaux.

Oui, je me souviens bien de cette expression. Nous avions une identité de jeu très définie. Défensivement, nous étions toujours très bien organisés sur le terrain, et chacun savait parfaitement quoi faire. Il y avait beaucoup de discipline et beaucoup d'organisation derrière le jeu de cette équipe. Et nous avons pu faire des transitions très explosives, très rapides et directes, toujours en regardant vers le but avec des connexions presque imparables. C'étaient de grands joueurs qui jouaient comme une vraie équipe, au final c'était la clé de tout.

Tout le monde se souvient de Cristiano Ronaldo comme du footballeur le plus décisif de ce Real. Mais du point de vue de l'entraîneur, quel footballeur a le plus marqué le style de l'équipe ?

Je n'aime pas individualiser qui que ce soit, ni Cristiano ni personne. Chaque joueur était très important car chacun d'eux avait un rôle clair au sein de l'équipe. Tout le monde voulait gagner des matchs, des titres, et tout le monde savait qu'ils étaient importants parce qu'ils voyaient qu'ils contribuaient à atteindre cet objectif. Par exemple, en ce sens, je me souviens de Callejón et Granero, qui n'étaient pas des titulaires mais qui étaient des joueurs importants pour nous. La vérité c'est que cette équipe méritait de gagner la Liga et la Ligue des Champions.

Aux fans qui vous ont "accusé" d'être un entraîneur défensif, diriez-vous quelque chose pour les convaincre du contraire après avoir marqué 121 buts qui restent, encore aujourd'hui, le record du championnat d'Espagne ?

Non, écoutez, je ne dirai rien ... C'est juste que l'histoire est là et je ne peux rien dire de mieux que ça. En fin de compte, tout se résume à cela, ce qui reste de l'histoire. Enfin, à cela et aux enfants que j'ai pu aider tout au long de ma carrière d'entraîneur afin qu'ils puissent s'améliorer et devenir quelqu'un dans le monde du football.

Articles liés