Nacho  : “Je me suis toujours considéré comme un joueur important à Madrid”

Le défenseur Nacho s'est présenté en conférence de presse ce lundi en prévision du match de Ligue des Champions face au Shakhtar Donetsk.

La 13e LDC, remportée dans ce stade : "C'est spécial de revenir dans un terrain où l'on a conquis quelque chose de si beau. J'ai de merveilleux souvenirs, j'ai aussi joué ici avec l'équipe nationale et c'est spécial. J'espère que cela nous servira de motivation pour gagner le match."

Si les rivaux cherchent à blesser Hazard : "Il est clair que pour nous, c'est un joueur très important. Les adversaires souffrent beaucoup de lui. Il n'a pas de chance avec ces blessures. Espérons qu'il se remette au plus vite possible, car nous avons besoin de lui à 100 %."

S'il se voit titulaire si Ramos part : "Je me suis toujours senti très important dans cette équipe. Peut-être que je ne joue pas tous les matchs comme Sergio, mais avec tous les entraîneurs, maintenant aussi avec Zidane, je me suis toujours considéré comme très important. Actuellement, je joue à mon poste à cause de l'absence de Sergio et je pense que je peux aider davantage l'équipe comme ça. En tant que coéquipier, et surtout en tant qu'ami et joueur du Real Madrid, j'espère que Sergio va prolonger car c'est un élément très important. Je ne sais pas ce qui va se passer, je suis prêt pour ce qui va venir et je vais me battre pour ma place."

Un Madrid sur courant alternatif : "Ce que nous recherchons, c'est la régularité, un peu plus d'aisance pour affronter les matchs. Contre l'Inter, nous avons montré une très bonne version, en dominant presque tout le match, et contre Alavés, sans être l'un des pires matches, on perd à cause d'actions qui ne se déroulent pas bien. Nous avons une bonne équipe pour nous maintenir en haut du tableau, c'est ce que nous voulons tous."

Zidane dit ne pas avoir d'explications. Et le vestiaire ? "Je ne pense pas que ce soit un manque de motivation car nous essayons tous de représenter ce que signifie ce maillot, c'est-à-dire arriver pour gagner chaque match. Nous sommes aussi des êtres humains, avec des bons et des mauvais jours. Nos adversaires nous connaissent de mieux en mieux. C'est vrai que c'est bizarre de faire un match comme celui face à Milan suivi de celui contre Alavés. Ce que nous essayons de faire, c'est trouver de la régularité pour qu'elle nous donne plus de confiance et qu'il n'y ait plus ces hauts et ces bas."

Effondrement défensif : "Nous ne voulons pas ça, forcément. Nous essayons tout d'abord de bien défendre, c'est comme ça qu'on gagne des matchs. Nos adversaires nous étudient de plus en plus. Avant d'être des joueurs, nous sommes des personnes, nous essayons de faire de notre mieux. Ce n'est pas le meilleur moyen de gagner des titres, mais nous faisons de notre mieux."

L'étude des rivaux : "Nous sommes avec cet entraîneur depuis longtemps et je pense que tout ce que nous avons fait est plutôt bien. Nous avons toujours étudié les adversaires, l'entraîneur nous donne des données. Maintenant que les résultats ne sont pas pas bons, c'est comme si tout allait mal, que nous ne travaillions pas assez, que nous ne faisons pas les choses pour inverser la situation. Cette équipe fait toujours face. Au début de chaque saison, on dit toujours que nous n'allons pas gagner beaucoup, mais ensuite nous remportons des titres. Nous avons fait des choses que personne d'autre n'a faites. Nous avons beaucoup d'expérience et de qualité, après, c'est le football, ça peut bien ou mal se passer."

S'il s'attendait à jouer davantage ces dernières saisons : "Non, j'ai toujours dit ça, depuis que je suis enfant. Si on m'avait demandé de signer avant pour tout ce que j'ai vécu et tout ce que j'ai joué avec ce maillot, j'aurais signé. Je rêvais de jouer un match avec le Real et j'en ai fait plus de 200. Le fait que tous les entraîneurs aient compté sur moi en dit long sur moi. Personnellement, j'aurais bien sûr préféré jouer 50 matchs par an plutôt que 20 ou 30, je ne le nie pas, mais je suis heureux, je suis là où je veux être. Chaque été, je reçois des offres, mais on me propose des choses que je ne peux pas avoir à Madrid. Je n'échangerais am place pour rien au monde."

Leçon de la défaite contre le Shakhtar : "Nous devons être beaucoup plus attentifs au niveau défensif lorsque nous attaquons car nous savons qu'ils sont très dynamiques, très rapides et qu'ils font beaucoup de dégâts en contre. Nous devons essayer de prendre de l'avance au score et en attaque, par dessus tout, être attentifs pour éviter leurs contre-attaques."

Articles liés