Notes : Valence – Real Madrid

Pour cette 9e journée de la Liga, le Real Madrid se déplaçait ce dimanche sur la pelouse de Valence. Voici les notes des Madrilènes attribuées par notre rédaction.

Courtois : 5  – Trois penaltys concédés (dont une tentative repoussée) et un contre son camp. Que peut-on vraiment lui reprocher ?

Vazquez : 3 – On l’a senti assez rapidement en difficulté face aux montées de Gaya. Il concède malgré lui un penalty en laissant traîner un bras. C’est dur, mais c’est la règle et tout le monde la connaît.

Varane : 2 – Méconnaissable. Le Français est en grande détresse depuis maintenant plusieurs matchs et ça devient un vrai problème pour le Real Madrid. On est sur une base d’une grossière erreur minimum par rencontre. Jusqu’à quand ?!

Ramos : 4 – Le capitaine a fini par couler avec son navire en prenant part à la fête, concédant lui aussi son penalty.

Marcelo : 3 – Les matchs se suivent et se ressemblent pour le Brésilien. Il a fait 20 bonnes minutes, à l’image de l’équipe, puis a complètement pris l’eau.

Valverde : 5 – Dans un rôle plus reculé et moins à son avantage, l’Uruguayen n’a pu apporter offensivement, mais il a fourni un gros travail dans l’entre-jeu.

⭐ Modric : 6,5 – C’est le plus vieux, mais aussi toujours le plus fort sur le terrain. Le Croate a été très en vue, surtout en première mi-temps, et extrêmement juste.

Isco : 4 – Vingt minutes assez intéressantes avec beaucoup de mobilité et de ballons touchés et puis... plus rien.

Asensio : 4,5 – Il fait de beaux contrôles et de belles passes appuyées à 35 mètres du but adverse mais il est aussi menaçant que Thibaut Courtois pour ses adversaires.

Vinicius : 3 – Vini a perdu l’avantage de son imprévisibilité car désormais, tout le monde le connaît. Il ne lui reste alors plus grand chose pour faire des différences tant est techniquement inférieur à ses coéquipiers.

Benzema : 6 – Pas un Benzema flamboyant sur son heure de jeu, mais un très bon début de match du Français pour mettre le Real Madrid sur le chemin de la victoire.


Zidane : Faillite collective. L'entraîneur n’est pas responsable des grotesques erreurs de ses joueurs, certes, mais ses choix n'en restent pas moins discutables et discutés. Certains joueurs bénéficient d’un crédit qu’ils ne méritent pas.

Articles liés