Sergio Ramos : “J’ai gagné le droit de prendre la décision que je veux”

Vendredi prochain sera diffusé "La légende de Sergio Ramos", la série documentaire sur Amazon Prime Video. Le journal AS a révélé en avance quelques passages des six chapitres qui composent ce documentaire, dans lesquels Ramos parle de tout, y compris de sa prolongation.

Son départ de Séville : "La plus grande erreur a été de ne pas donner d'explications. J’ai laissé les autres raconter l'histoire pour moi. Ma signature au Real Madrid était un transfert convenu entre les clubs. Florentino Pérez et José María del Nido en étaient les présidents. Il n'a jamais été question du paiement d'une clause comme il s’est dit. Cela a généré que les fans ne me traitent pas avec la même affection que moi j'ai toujours eue et que j'aurai toujours. On a menti aux supporters de Sévile et c'est ce qui m'a valu d'être reçu de manière très douloureuse. Je ne pardonnerai jamais la douleur qu'ont endurée mes grands-parents ou mes parents, qui ne peuvent plus fouler le terrain de Séville aujourd'hui. C'est pourquoi j'ai agi avec tant de colère quand j'ai marqué. Pour tout ce qu'ils ont souffert, surtout les miens. Et je prendrais la même décision un millier de fois, mais je ne laisserais plus jamais d’autres raconter la façon dont elle a été prise."

Sévillista : "Je suis 'sévillista', je le serai jusqu'à la mort, mais je peux aussi dire en lettres majuscules et la bouche grande ouverte que je suis le capitaine du Real Madrid et de l'équipe nationale espagnole".

Sa prolongation de contrat : "J’ai gagné le droit de prendre la décision que je veux. Je me sens en pleine forme et je vais jouer au plus haut niveau dans les prochaines années. Sinon, je resterai à la maison. Sinon, ça n'en vaudrait pas la peine. Le fait que je sois bien à mon âge n'est pas une coïncidence. Nous bâtissons depuis des années."

Sa retraite : "Je pense à la cinquième Ligue des champions, à la Coupe du monde, aux Jeux Olympiques… Je partirai quand le moment sera venu. L'idée est de faire partie de l'histoire du meilleur club du monde, le Real Madrid. Je pense que la retraite est un long chemin à parcourir. C'est un moment et une décision si personnels que lorsque ce moment arrivera, je pense que mon corps le ressentira. Et pour l'instant, il n'est pas encore arrivé. Je pense que mon corps va très bien le supporter car je prends soin de moi au millimètre près. Je veux vraiment concourir et gagner. Et je pense qu'un jour viendra où ma femme et mes enfants seront aussi déterminés à prendre une décision."

Ronaldinho : "J’ai toujours été un grand fan de son football et de sa magie. C'est un joueur différent. Les années passeront et nous ne verrons pas un joueur avec cette magie, cette différence et cette supériorité. Pendant un moment, j'ai dû l'arrêter ou du moins essayer. J'ai appris qu'il fallait l'attendre. Il ne fallait pas aller sur lui. C'était pratiquement impossible dans une action individuelle contre lui."

Articles liés