Varane : “J’aime les défis. Plus c’est difficile, plus ça me plaît”

Le joueur du Real Madrid, Raphaël Varane, a accordé une interview au site de l'UEFA. Le Français évoque le match contre Liverpool et la pression qui accompagne ces grands rendez-vous.

La pression, amie ou ennemie : "Pour moi, la pression est une amie, un moteur. Je pense que la pression rend meilleur. Elle permet d'avoir de l'adrénaline, de penser plus vite, d'être plus concentré et de vivre plus intensément le match. La pression qui fait peur doit motiver. Quand on a peur, on court plus vite !"

Son caractère : "Mon style de jeu ne fait pas penser immédiatement à un guerrier, pourtant je pense que j'ai un mental de guerrier. J'aime bien les défis. Plus c'est difficile, plus ça me plaît. Moins on croit en moi, plus ça me motive. C'est ma façon d'être et de penser. C'est ce qui m'a permis d'arriver au plus haut niveau et d'y rester pendant toutes ces années."

D'où vient sa résistance à la pression : "Je dirais que c'est naturel et inné, et que ça se développe ensuite selon ce que l'on vit. Dans mon cas, c'était les défis avec mon grand frère, pour me mettre à son niveau et m'améliorer. Je pleurais quand je n'atteignais pas mes objectifs. J'ai en moi cette pression qui me pousse à gagner et à me surpasser depuis tout petit, et elle va me suivre toute ma vie."

Des efforts qui en valent la peine ? "Oui, ça vaut la peine ! Le très haut niveau est une remise en cause permanente. C'est repousser ses limites, être toujours plus concentré, plus performant. C'est difficile de durer au haut niveau parce que ça demande beaucoup d'efforts."

Comment gérer ça toute l'année : "Il y a des hauts et des bas. Mais, quand on a des hauts - et ça m'est arrivé à chaque fois - il faut avoir une petite pensée pour les moments difficiles, que ce soit pendant l'enfance, pour arriver jusqu'au plus haut niveau, ou même justement au plus haut niveau."

Les émotions qui s'y joignent : "On doit se souvenir qu'on a souffert, qu'on a connu des moments compliqués et qu'on a dû batailler pour arriver là. Mais qu'on touche au but. À chaque fois, c'est un mélange d'émotions. Plus la pression est élevée, plus les émotions sont multipliées. À chaque fois, c'est une explosion de joie."

Articles liés