Vinicius : “Je ne sais pas ce que je ferais si je n’étais pas footballeur”

Vinicius Junior a accordé un long entretien au journal britannique "The Guardian". Il s'est confié sur son enfance et a évoqué le racisme dans le sport.

Son enfance : "J'ai beaucoup de bons souvenirs avec mes amis à Rio de Janeiro. Tous les jours, une partie de mon temps était consacrée à jouer au football et à faire voler des cerfs-volants. Je jouais même à l'intérieur de la maison, surtout les jours de pluie. Je cassais toujours quelque chose : des lumières, des meubles... À l'âge de 4 ans, je suis tombé et j'ai dû avoir trois points de suture à l'arrière de la tête."

Vivre de sa passion : "J'ai toujours été très appliqué en jouant au football. Même lorsque je ne gagnais qu'une boisson après le match. Maintenant que je subviens aux besoins de ma famille grâce au football, je dois m'investir davantage encore. J'ai toujours imaginé que le football me permettrait de soutenir ma famille. Je ne sais pas ce que je ferais si je n'étais pas devenu footballeur."

Le racisme qu'il a subi, plus jeune au Brésil : "Ce n'était pas seulement contre moi. Certains supporters brésiliens ont des problèmes avec les gens qui réussissent et qui ne leur ressemblent pas. Même Neymar, par exemple, ils ne l'aiment pas. J'étais très heureux de découvrir que de très nombreux brésiliens voulaient voir Neymar et le PSG triompher en Ligue des Champions. Je n'aime pas penser à ces mauvais moments de ma carrière, mais j'espère, un jour, pouvoir me faire acclamer par tous les Brésiliens."

Le mouvement Black Lives Matter : "Il y a plus d'intérêt porté à notre cause parce que des gars importants comme LeBron James et Lewis Hamilton, mes idoles, la mènent. Ce moment où les joueurs de NBA ont refusé d'aller sur le terrain était très fort. Cela permet aux gens de voir à quel point nous nous en soucions. Cela me rend heureux et triste à la fois, car nous sommes en 2020 et nous devons encore lutter contre le racisme et d'autres choses qui ne sont utilisées que pour nous diviser."

Articles liés