Zidane : “Mon avenir qui se joue demain ? C’est ce qui se dit”

L'entraîneur du Real Madrid Zinedine Zidane a comparu en conférence de presse d'avant match avant le Clasico au Camp Nou (samedi, 16h).

Un Clasico sans public : "Nous savons ce que nous allons trouver. C'est la même chose pour tout le monde. C'est un Clasico différent mais toujours un match spécial."

Sur Sergio Ramos : "C'est notre capitaine, notre leader, mais comme toujours nous n'allons pas prendre de risques. Il a récupéré et il sera avec nous. Il s'agit d'être à 100%."

Cádiz et Shakhtar : "Nous revisionnons les matchs. Je les revisionne toujours. Nous avons mal commencé dans le sens où quand ils ont marqué, il a été difficile pour nous de relever la tête. C'est le football. Il y a des hauts et des bas et nous devons l'accepter. Il faut oublier ce qui s'est passé l'autre jour. C'est un match spécial pour retrouver notre force."

Ansu Fati et Vinicius : "Un Clasico concerne tout le monde. Ce sera un bon match malgré la situation et les gradins vides."

Un Clasico après les deux défaites, une bonne chose  ? "C'est le meilleur moyen de renverser la situation. Un bon match pour montrer que l'on veut changer la donne. Faire un bon match, c'est ce qu'on veut."

Son moment le plus délicat à Madrid ? "Je n'aime pas me victimiser ou quoi que ce soit de ce genre. C'est un match et chacun a sa propre histoire, c'est la beauté du football."

L'équipe manque-t-elle de confiance ? Comment va l'équipe ? "Le travail en 48 heures consiste à se reposer et préparer le match. C'est ce que nous avons fait. Il s'agit d'être fort, la confiance va avec ce que vous allez faire sur le terrain. Si vous le faites bien, la confiance sera là."

Comment il voit le Barça : "C'est une équipe qui a toujours été forte. Quel que soit l'entraîneur, le Barça reste le Barça. Une équipe compétitive qui sait bien jouer au football et qui peut vous rendre les choses difficiles, comme toujours."

En quoi Zidane devrait-il changer : "J'ai toujours été très critique envers moi-même. C'est le moteur de l'amélioration. Nous savons que nous changerons ça tous ensemble. Après une défaite, en tant qu'entraîneur, la plupart des critiques sont pour moi. Et c'est normal. Mais je ne vis pas dans le passé, je m'intéresse à ce qui nous attend, au prochain match."

Plus motivé ? "Oui. On va entrer sur le terrain pour gagner, comme on le fait toujours. Parfois ça se passe un peu moins bien mais on entre toujours sur le terrain pour gagner. On met notre motivation, notre concentration et notre dévouement sur le terrain pendant 90 minutes."

Examens face au Barça et en Champions : "Il n'y a pas de match simple. Parfois ça ne marche pas. L'autre jour on est bien entré, ils ont marqué un but et ça nous a affecté. Le Real Madrid a toujours connu des hauts et des bas et veut toujours montrer des choses quand ça se complique. C'est un bon scénario pour changer notre image."

Soutien du vestiaire, et de votre président aussi ? "Oui, de tout le monde. Au final j'ai gagné beaucoup de choses avec ces joueurs, ils m'ont fait gagner beaucoup de choses. Je serai toujours à mort avec les joueurs, ce sont eux qui se battent, qui courent. Et je sens le soutien, oui. Mais maintenant, l'important pour nous est de changer de dynamique. Quand les choses se compliquent, vous devez faire ressortir votre personnalité et votre qualité."

Vous sentez-vous redevable de ce vestiaire ? "Je ne pense pas ... Mais je suis l'entraîneur et quand il se dit des choses moches sur l'équipe, je suis là pour dire que ce n'est pas grave, que nous allons agir ensemble et aller de l'avant. Je dis toujours la même chose, c'est vrai. Mais vous me demandez ce qui a changé, et rien n'a changé. Ce que vous avez à faire est de rester unis. Dans tous les domaines de la vie, pas seulement dans le football. Et c'est ce que je demande à mes joueurs, pour changer le négatif en positif."

Ils ont compris votre message ? "L'attitude ne sera pas le problème. Dans les deux matchs perdus, il nous manquait quelque chose,, mais l'envie est toujours là."

Votre avenir est-il en jeu ? "C'est ce qui se dit, je ne vais pas le nier. L'année dernière c'était pareil, lors de ma première étape aussi. Ce que j'ai à faire c'est mon travail, me donner à 100% comme toujours."

Est-ce que les critiques vous dérangent ? "La critique est normale quand on fait mal les choses. La chose logique serait de dire que nous allons tout changer. Ça a toujours été comme ça, l'histoire ne change pas. La critique ne me fait pas changer. Ce qui me fait changer c'est penser que nous avons deux matchs importants et que nous devons changer certaines petites choses."

Articles liés