Zidane & le turn-over : de l’amour à la haine

zidane
ZIDANE - AFP PHOTO / JOSEP LAGO

Ce qui faisait la force de Zidane l'an passé semble devenir une faiblesse cette saison. En effet, les six nouveaux venus représentent à eux tous seulement 17% du temps de jeu totalisé par l'effectif madrilène. Avec 3 buts, ils contrastent avec les joueurs partis (23) qui font, eux, mieux que la BBC (19). 

Le 1er novembre à Wembley, Cristiano Ronaldo donnait son avis quant au "mal être" du Real : "Les joueurs qui sont arrivés ont beaucoup de potentiel mais ils sont encore jeunes, Pepe, Morata et James nous rendaient plus forts". Les chiffres semblent confirmer les dires du Portugais et remettent en cause les choix de la direction.

Si l'on compare le protagonisme des recrues (Achraf, Theo, Ceballos, Llorente, Vallejo et Mayoral) avec celui des joueurs partis cet été, le constat est bouleversant. Les nouveaux venus ne représentent qu'à peine 17% du temps de jeu total réparti entre les membres de l'effectif madrilène (les six jeunes joueurs de champ sont les moins utilisés par Zidane, hormis Kovacic blessé).

Niveau rendement, ce n'est pas plus brillant. Avec 3 buts en 2087 minutes, les nouveaux arrivants sont loin de ceux partis cet été, qui en étaient à 12 à ce stade de la saison l'an passé. Dans l'exercice actuel, Mariano, Morata et consorts font même mieux que la BBC avec 4 buts supplémentaires ! Mention spéciale à l'hispano-dominicain Mariano qui, avec 11 buts, est le meilleur buteur espagnol des 5 grands championnats.

En Liga et en Ligue des Champions, le coach madrilène manie son effectif différemment de ce qu'il réalisait l'an passé. Si les nouveaux joueurs sont jeunes et ont le temps d'apprendre, il convient de constater que leur importance est faible voire réduite à néant. Le cas de Dani Ceballos est certainement le plus énigmatique. L'international espoir qui est dans une forme étincelante avec la Rojita ne joue que des bouts de match de temps à autre. Dans ces conditions, difficile de se faire valoir et de démontrer l'étendue de son talent.

Borja Mayoral doit quant à lui attendre impatiemment le mercato afin d'évaluer ses options. Il est évident que Zidane ne compte pas sur lui et qu'une fois Bale disponible, il ne réintègrera pas une seule liste de convoqués comme ce fut le cas en début de saison. Véritable dernière roue du carrosse, le jeune Espagnol n'a aucun avenir au Real si Zidane ne lui donne pas plus d'options dans les semaines à venir malgré son intention de "garder tout le monde cet hiver".

Enfin, Marcos Llorente. On termine avec le troisième international espoir qui est, lui aussi, l'un des oubliés de cette première partie de saison. Peu d'opportunités pour l'ancien pilier d'Alavés qui peine à se faire une place. Avec le retour de Kovacic, il voit comme Ceballos, une opportunité de moins se dessiner et une chance de plus de s'asseoir en tribunes lors des prochaines rencontres hors Copa del Rey.

Articles liés