Santillana, un buteur de légende

À l’occasion de notre tournoi des légendes du Real Madrid sur nos réseaux sociaux, focus sur Santillana, qui entrera en compétition ce mercredi soir (22h00).

Carlos Alonso Santillana est l’un des plus grand buteurs de l’histoire du Real Madrid. Il a rejoint les rangs de la maison blanche en 1971 après une année au Racing Santander, en deuxième division espagnole. Il n’est alors âgé que de 19 ans.

Dès sa première saison, la jeune recrue s’impose dans le onze, marque dix buts en Liga et contribue au succès du Real Madrid même si la fin de saison s’est disputée sans lui. En effet, à cinq journées de la fin du championnat, Santillana prend un coup dans le bas ventre et ne peut plus continuer. Sous la douche, il urine du sang, l’inquiétude grandit. Pour rappel, nous sommes en 1971.

Quelques semaines plus tard, après avoir passé de multiples examens, le journal Pueblo révèle que Santillana souffre d’une malformation : il n’a qu’un seul rein. Pas d’inquiétude, précise ce dernier, avec un traitement et du repos, il va récupérer… mais il ne pourra plus jouer au football car un autre violent coup pourrait endommager son rein et provoquer sa mort.

Le sujet fait parler dans toute l’Espagne. Certains médecins disent que Santillana peut rejouer sans risque, tandis que d’autres sont plus pessimistes. Le club n’ose pas refaire jouer Santillana, ce dernier est devenu un héros national et est acclamé de partout. Tout le monde est pris de compassion, Santillana est un joueur aimé : c’est un homme fair-play, évidemment doué car c’est une grande promesse. On craint qu’il ne puisse avoir la carrière qu’il mérite.

Santillana est le premier à craindre pour sa vie mais finalement, il finir par se laisser convaincre : « Tu n’as qu’une tête, un coeur, un pancréas, un foi, un estomac… et un rein. Si une brique tombe sur ta tête, tu n’en a qu’une aussi et tu ne vas pas cesser de sortir dehors pour autant. Tu es né comme ça et tu as été heureux comme ça jusqu’ici. Sans ce coup, tu n’aurais jamais su que tu n’en avais qu’un seul », lui dit un urologue. Il enfile de nouveau le maillot du Real mais met du temps à véritablement se relancer. Il a joué pendant un moment avec la boule au ventre.

L’attaquant madrilène reprend du service et retrouve le chemin des filets et le club soulève à nouveau des Ligas. En 1977, un certain Juanito est recruté par le Real Madrid. Les deux hommes vont faire les beaux jours de la maison blanche, ils gagnent sur le plan national, et ils le feront bientôt en Europe. C’est la génération des remontadas et de l’esprit Juanito.

En 1880, première remontada réalisée par le Real Madrid contre le Celtic Glasgow après une défaite 2-0 à l’aller. Les Merengues l’emportent 3-0 au retour, Santillana plante un but. L’Inter de Milan et Anderlecht ont connu le même sort, mais la plus incroyable fut en 1885, face à Monchengladbach. Défaits (5-1) à l’aller, les Madrilènes renversent les Allemands au retour (4-0) grâce à, notamment, un doublé de Santillana. Le buteur madrilène s’arrache à la 89e pour marquer le quatrième but et quelques mois plus tard, le Real remporte la coupe UEFA.

Santillana n’était pas le meilleur du monde, mais il était un excellent buteur, doté d’une très bonne détente et d’un exceptionnel coup de tête. Un madridista dans l’âme qui en fût le capitaine pendant presque 10 ans. Il a raccroché les crampons en 1988 face à Valladolid en célébrant une dernière petite Liga, sa neuvième. Il a soulevé 16 titres au total.

À la fin de sa carrière, le n°9 merengue était le joueur le plus capé de l’histoire du Real Madrid avec 645 matchs au compteur. Il en était le deuxième meilleur buteur (290 buts) derrière l’illustre Di Stefano et il est aujourd’hui toujours quatrième. Seuls Cristiano Ronaldo, Raúl et Di Stefano ont réussi à le surpasser.

Articles liés