Vinicius : « Zidane me faisait travailler sur ma finition aux entraînements »

Vinicius
AFP – Photo OSCAR DEL POZO

Vinicius a accordé une interview à O Globo, dans laquelle il dresse un bilan de sa première saison en Espagne, revient sur les changements d’entraîneurs et son amitié avec Benzema.

On a beaucoup parlé de votre prise de décision au moment de passer ou tirer. Vous travaillez là-dessus ?

Oui, je travaille toujours. À la fin de chaque entraînement, Zidane me prenait à part pour travailler ma finition. Et les joueurs me donnent aussi des indications.

On vous demande de passer plus et dribbler moins ?

Les entraîneurs me laissent beaucoup de liberté. Je suis arrivé en sachant déjà quel était le bon moment pour dribbler ou non. Ça je le lis bien. Parfois je fais des erreurs, mais c’est normal compte tenu de mon âge.

Vous avez eu trois entraîneurs (Lopetegui, Solari et Zidane) en une saison.

Ce n’est jamais bon de changer autant. Mais pour les joueurs de mon âge, c’est bien, parce qu’on apprend un peu de chaque entraîneur.

L’équipe a connu une crise. Est-ce que cela vous a affecté ou plutôt laissé plus de libertés pour jouer à votre façon ?

Depuis que je suis arrivé à Flamengo, j’ai toujours voulu jouer. Je veux toujours aider. Et, à ce moment-là, l’équipe avait besoin d’un joueur qui monte et tente de dribbler. C’était donc plus facile pour moi car tout le monde au club m’a fait confiance.

Quelle a été votre première réaction en entrant dans le vestiaire avec toutes ces stars ?

J’étais un peu impressionné. Mais quand je suis arrivé, il y avait peu de gens car ils étaient à la Coupe du Monde en Russie. Seuls Bale et Benzema étaient là. Ils m’ont tous les deux super bien reçu. Mais il n’y avait ni Casemiro ni Marcelo, et au début c’était un peu compliqué parce que je ne comprenais pas l’espagnol.

Et qui l’a accueilli en premier ?

Karim. Dès le premier jour il m’a donné des conseils et il a été proche de moi. Il se soucie toujours des autres, et il a tout fait pour m’aider. Dans un match contre l’Atlético de Madrid, j’étais mauvais, j’ai perdu un ballon et nous avons concédé un but. Karim m’a alors ‘sorti’ un peu du match : il est venu vers moi et m’a ordonné de rester quelques minutes en pointe pour que je souffle un peu.

C’était difficile d’être vous-même avec autant de stars ?

Non. Les membres du club, comme Marcelo et Casemiro, m’ont aidé à rester serein et à ne penser qu’à jouer. C’est ce que j’ai fait. Ensuite, les choses viennent naturellement.

Êtes-vous d’accord pour dire qu’au Brésil, il est plus facile de jouer, et qu’il y a plus d’espaces ?

Cela dépend du match. Je pense qu’en Espagne il y a plus d’espace qu’au Brésil. Au Brésil, les adversaires ne vous laissent pas vous retourner. En Espagne, ils sont très tactiques, ils font ce que leur entraîneur leur demande. Mais si notre équipe déplace le ballon rapidement, en raison de sa qualité, je peux souvent arriver en un contre un. Dans un Real-Barcelone, vous avez plus d’espaces. Et comme ce sont des joueurs différents, il y a plus de buts. C’est pour ça que c’est le plus grand Clasico du monde.

L’arrivée d’Hazard pourrait vous déplacer à droite. Cela poserait-il un problème ?

Ça dépendra de Zidane. J’ai un peu plus de difficultés à droite, mais ce n’est pas un problème.

Au début de l’année, il a disputé une série de matchs contre Barcelone. Avez-vous eu l’impression que la manière de vous marquer variait d’un pays à l’autre ?

Quand je suis arrivé, les gens ne me connaissaient pas. En Espagne, ils s’étudient beaucoup. J’ai joué trois fois contre Barcelone, et au troisième match, ils ont changé leur façon de me marquer.

Quel changement ? Pour vous empêcher de partir dans leur dos  sur le dos ?

Ils ont réduit l’espace. Mais ils ont fini par en laisser aussi. Parce que les deux équipes essaient de jouer avec le ballon et quand elles le perdent, il y a toujours de la place.

Articles liés