Zidane : « Ce qui se dit sur moi me blesse »

zidane

Zinédine Zidane s’est présenté en conférence de presse à la veille du match déjà décisif face à Galatasaray en Ligue des Champions. 

🎙 La conf. de S.Ramos

Victoire impérative : « Je dois dire que oui, nous devons gagner et c’est ce que nous voulons. On a mal débuté en Champions et on doit maintenant démontrer qu’on peut bien faire les choses. »

Les rumeurs autour de son avenir : « C’est toujours comme ça de toute façon. En tant que joueur c’était la même chose. Je sais où nous sommes et je sais qu’il y aura toujours de la pression. Les joueurs et moi-même devons préparer le match, c’est ce que l’on va faire. Nous sommes ici pour prendre 3 points. On dira toujours qu’il faut changer d’entraîneur et on ne va pas changer les choses. »

S’il est sous-estimé : « Non, dans le football, on oublie vite ce que tu as fait par le passé, et c’est pareil pour moi. Le passé c’est le passé, ce qui importe c’est le présent. Je ne vais pas dire que ce qui est dit ne me blesse pas, car c’est le cas. Je n’aime pas ça. Mais je dois donner mon maximum en tant qu’entraîneur et rester positif, comme toujours. On a un beau match à jouer demain, dans un grand stade. On connaît la situation et on va essayer de gagner. »

Si son poste est en jeu : « Je ne sais pas, je ne peux pas répondre à cette question. La question est pour quelqu’un d’autre. Ce que je veux, c’est rester. La situation, je la connais, on a besoin de gagner demain. Je me concentre uniquement sur cette rencontre »

Le parallèle avec la saison passée : « Non, on ne peut pas parler de la saison passée. Quand tu n’as plus rien à jouer, c’est compliqué. C’est une autre saison et tout rester à jouer. Parfois on ne joue pas bien, mais c’est la vie. Tu ne peux pas toujours bien jouer. Nous sommes le Real et on n’a pas le droit de nous tromper. »

Les joueurs sont motivés : « Ce sont les premiers à vouloir gagner. Ils savent qu’on nous regarde à chaque match. On doit essayer d’inverser la situation. »

Certains joueurs ne répondent pas présent : « Non, ce n’est pas ça. C’est une équipe. Il ne faut pointer personne du doigt. Je suis responsable d’eux et j’ai confiance en cet effectif. »

Ce qu’il en est vraiment de la situation : « Nous savons que le match de demain est important. La situation ? C’est vous qui parlez de beaucoup de choses, de changer d’entraîneur… Moi, je ne pense qu’à demain. J’aime aussi les situations difficiles. Il faut les traverser avec personnalité. »

Articles liés