Valverde : “Le Real est encore plus dangereux quand il est blessé”

Photo by LLUIS GENE / AFP

L'entraîneur du FC Barcelone s'est présenté en conférence de presse ce samedi avant la réception du Real Madrid, demain à 16h15. L'entraîneur blaugrana se méfie de la bête blessée. 

Le facteur émotionnel
Ce sont des matchs qui se jouent sur plusieurs aspects, dont émotionnel. Nous venons de faire deux bons matchs et le dernier était abouti. Nous voulons bien faire. La clé de la victoire sera sur le terrain plutôt que dans les dynamiques actuelles. Au final, nous savons comment est le Real. Quand il est blessé, il est encore plus dangereux. J'espère qu'on aura le meilleur Real demain.

Distancer le Real
On ne se focalise pas sur eux. Il y a beaucoup de bruit autour de ces circonstances mais on ne se concentre pas sur l'adversaire qui est une grande équipe. Nous avons 4 points d'avance et ce n'est pas un écart excessif. Les crises dans des équipes comme le Real sont exagérées mais sur le terrain les joueurs sont là.

Le Real n'a pas fait que des mauvais matchs
Il y a eu des moments durant lesquels le Real a été brillant dans le jeu collectif, dans la possession et le jeu d'attaque. Ils ont des arguments suffisants pour pouvoir surpasser l'absence d'un joueur important comme Cristiano. Nous devrons aussi nous passer de Messi.

Le Real, une équipe dangereuse
C'est une équipe qui a beaucoup d'occasions. On l'a vu contre Levante. Ils ont eu 10 occasions claires pour marquer. C'est un indicateur du niveau offensif qu'ils ont.

Clasico | Pariez sur Unibet et profitez de 100€ de paris offerts !

L'absence de Messi
Je ne compte que l'absence de Messi du côté du Real car Cristiano, c'est de l'histoire ancienne. Concernant celle de Messi, nous avons tourné la page. On doit jouer à un niveau supérieur par rapport au match face à l'Inter. Préparer un Clasico sans lui est inhabituel mais l'équipe est forte mentalement.

Un Clasico avec moins de saveur sans CR7 et Messi ?
Non, les Clasicos existaient avant. Il y avait de la tension, des têtes de cochons qui volaient... (ndlr : avec Figo).

Lopetegui en situation délicate
Ces situations, les entraîneurs les connaissent chaque semaine. Nous abordons les matchs en essayant d'imposer un style, d'être nous-mêmes et de transmettre à l'équipe ce que nous attendons d'elle. Il y a deux semaines, ces supposées critiques étaient pour moi.

Articles liés