« Rodrygo ? Le ciel est sa limite »

(Photo by Pressinphoto/Icon Sport) – Rodrygo GOES

L’ancien entraîneur de Rodrygo Goes à Santos, Jair Ventura, a accordé une interview au quotidien MARCA. L’un des hommes les plus importants de la petite carrière du Brésilien n’est pas étonné par la pépite madrilène.

📎 Le Clasico ne se jouera pas à 21h

Qu’est-ce qui a attiré le plus votre attention lorsque vous avez commencé à travailler avec lui ?
Sa qualité technique et la diversité de son jeu, ses prises de décisions, son dribble… Il est très fort en un contre un, il a le sens du but, il est très bon ballon arrêté, il tire les coups-francs, les penaltys… Et il est très polyvalent.

À quelle position jouait-il ? Aujourd’hui il évolue à droite, mais cela n’a pas toujours été le cas…
Il a commencé par jouer dans l’axe, mais il aimait jouer sur le côté gauche. J’ai beaucoup parlé avec lui et je lui disais qu’en sélection par exemple, quand il arriverait avec un joueur plus expérimenté comme peut l’être Neymar qui joue sur son côté, il aurait à s’adapter à d’autres postes. Ce qui a le plus attiré mon attention avec lui c’est la maturité qu’il avait pour son âge. Il est très sérieux, très professionnel… et après je l’ai mieux compris lorsque j’ai rencontré ses parents. Il a une structure familiale très bonne et cela aide beaucoup aussi.

Il s’est toujours démarqué des autres joueurs ? 
Il a toujours beaucoup attiré l’attention, oui. Il est très, très différent. Rodrygo s’est toujours démarqué et il attirait l’attention de ses propres coéquipiers. Et il faut garder en tête que l’effectif était rempli de très bons joueurs comme Bruno Henrique ou Gabigol. Malgré cela et son âge, il a su se démarquer.

Ses performances au Real Madrid vous surprennent ?
Non, je ne suis pas surpris. J’ai toujours dit que Rodrygo ferait partie des très grands joueurs. Je le savais, c’est très visible. Et je ne dis pas cela car c’était moi [son entraîneur], je pense que tous les entraîneurs qui ont travaillé avec lui étaient conscients de sa qualité. C’est un garçon fantastique. On m’a demandé un jour jusqu’où Rodrygo pourrait aller, j’ai répondu que le ciel était sa limite et je le pense toujours. Cela ne fait que commencer avec le Real Madrid, mais je suis sûr que de très bonnes choses sont encore à venir. Il va aller beaucoup plus loin. »

Est-ce que ça vous étonne que Zidane lui fasse autant confiance malgré son jeune âge ?
Quand tu as la qualité, l’âge n’a pas importance. Il est normal que lorsque nous avons commencé à le lancer, nous avons pris soin d’y aller progressivement parce qu’il fallait prêter attention à la partie physique, à la question de la lecture du jeu, la tactique, mais au final… du fait de sa qualité, il était déjà préparé.

Lorsqu’il a commencé à être titulaire en 2018 [avec Santos], il a été un élément important de notre équipe. Il a marqué un but en demi-finale de Copa Libertadores ce qui a fait de lui le plus jeune joueur brésilien à marquer dans cette compétition. Et c’est maintenant le plus jeune à marquer un doublé en Ligue des Champions, c’est une bonne coïncidence.

Pourquoi, selon vous, Rodrygo semble s’être mieux adapté que Vinicius au football européen ?
Ce sont des joueurs qui ont des caractéristiques différentes. Vinicius a un talent fantastique. Il est arrivé et n’en a pas profité mais il a aussi une très grande qualité et il a encore beaucoup à montrer. Rodrygo est un peu plus complet, il peut jouer dans l’axe, il a une qualité de passe, un sens du but, un bon pied gauche. Il est très complet. Ce n’est pas que Vinicius ne l’est pas, mais ils sont différents. Vinicius est davantage un dribbleur, il est bon dans le un contre un…

Articles liés